Groupe CCEE L'autoédition au service de votre talent 0 Contact 04 42 36 94 06
serviceclient@autres-talents.fr
Lundi au vendredi : 9 H / 12 H - 14 H / 19 H
Vous êtes ici : > > > Lettre ouverte à tous les Enfants de la Terre
couverture du livre Lettre ouverte à tous les Enfants de la Terre écrit par M'Voula Charles Luizet

M'Voula Charles Luizet

Lettre ouverte à tous les Enfants de la Terre

15.69 € TTC

Frais de port inclus France
Métropolitaine uniquement

58 pages
A5 : 14.8 x 21 cm sur papier 80 g offset
Style litteraire : Contemporain
Numéro ISBN : 978-2-35682-085-3

Présentation de M'Voula Charles Luizet


Consultant en Relations Internationales et en Stratégie de développement, Charles-Luizet M’VOULA est aussi un spécialiste des questions de développement et de progrès social.

Fervent défenseur des droits de l’homme et des Libertés fondamentales, il a effectué plusieurs voyages dans les pays pauvres dans le cadre des missions d’évaluation des besoins en matière de développement.

Présentation de Lettre ouverte à tous les Enfants de la Terre


Ils sont tous nos enfants, nous les aimons. Pourtant on se demande sans cesse, quel avenir ils ont dans un monde aussi conflictuel, sur lequel pèsent autant de menaces. Ils sont tous nos enfants certes, mais combien sont-ils à être abandonnés, exploités, abusés, maltraités sous l’indifférence et la complicité totales de certains adultes ? Quelle place et quelle importance accordons-nous à leur éducation dans un monde de plus en plus exposé et conflictuel ? Que faisons-nous pour leur avenir ? Quel exemple leur donnons-nous et quel monde allons-nous leur laisser ? Combien de fois dans l’histoire, avons-nous dit : « plus jamais ça » et que les mêmes actes se sont répétés ?

Autant de questions et autant de problèmes que nous nous posons, et dont nous avons pourtant des réponses et des solutions. Mais notre égoïsme, notre avidité, notre cupidité et surtout la haine aveugle, causée par des conflits religieux, ethniques et de pouvoirs ou autres, nous empêchent de les résoudre.


Extrait du livre écrit par M'Voula Charles Luizet


Je suis né dans l’année de la mort du général de Gaulle, il y a 42 ans. J’ai vu des conflits dans le monde, mais ils ont tous pour la plupart été résolus. Un seul m’a marqué, et me marque encore aujourd’hui. Ce n’est pas le conflit en lui-même qui me marque, car les conflits, il y en a toujours eu dans le monde. Ce qui me marque, c’est l’incapacité des hommes à y trouver une solution pour une paix durable, pour le bonheur et le bien-être de tous. Il s’agit du conflit israélo-palestinien.

Ce conflit vieux de plus de 60 ans, est selon toute vraisemblance, le plus vieux de la planète auquel, les hommes pourtant intelligents n’arrivent pas, ou sont incapables de trouver ensemble une solution acceptable par tous, afin que ces deux pays et ces deux peuples frères, vivent l’un à côté de l’autre dans un esprit d’acceptation, de respect mutuel et de tolérance.

Combien de vies humaines gâchées depuis que ce conflit a commencé ? Combien de deuils et de vies brisées ?

Combien de souffrance, de douleur et de peine ce conflit a-t-il engendré ?

Combien d’hommes, de vieillards, de femmes et d’enfants sont morts, blessés, mutilés dans cette violence sous nos yeux depuis des années ? Combien de veuves, de veufs et d’orphelins dans les deux camps ?

A qui ce conflit profite-il ? Pourquoi ne parvenons-nous pas à trouver une solution ? Quel intérêt pour l’humanité que les êtres humains se battent sans cesse, et sans entrevoir une solution à l’horizon ? Et combien de temps cela va-t-il encore durer ?

Deux pays frères, des fils d’Abraham, avec les mêmes origines, qui pourraient certainement bien s’entendre et vivre en paix l’un à côté de l’autre, dans un esprit de fraternité, d’amitié, d’échanges enrichissants et de coopération mutuelle, pour le développement et le progrès social des deux peuples… Nous y avons visiblement déjà échoué. Alors, sur qui allons-nous fonder nos espoirs, pour que la paix soit un jour possible entre Israéliens et palestiniens ?

Certainement sur vous nos enfants. Oui, sur vous les générations futures. Vous êtes dans l’obligation de réussir, de faire la paix, de vivre ensemble, de vous accepter, de vous respecter et de vous aimer les uns et les autres. « La paix n’a pas de frontières. » A dit un homme de paix : Yitzhak Rabin, à qui je rends hommage. Et il ajoute : « Assez de sang et de larmes. Nous n’avons aucune haine envers vous, nous ne souhaitons pas nous venger. Nous souhaitons comme vous être un peuple capable de construire une maison, de planter un arbre, d’aimer et de vivre près de vous dans la dignité et le soutien mutuel, comme des hommes, comme un peuple libre. »

Ces paroles sont aussi valables pour les Israéliens que pour les Palestiniens. Les deux peuples peuvent se les revendiquer et s’en servir, afin de parvenir à une solution pour une paix durable et définitive.
Je pense à cette image qui m’a beaucoup marqué, d’enfants israéliens et palestiniens jouant ensemble dans un champ d’oliviers, en toute confiance et en toute innocence. Oui, c’est cela la fraternité, l’amour, l’acceptation, la tolérance… ça veut simplement dire que la paix est possible. Il y a une lueur d’espoir de paix entre Israéliens et Palestiniens. Sinon, nos enfants ne joueraient pas ensemble… Martin Luther King disait : « Tôt ou tard, tous les peuples du monde devront trouver le moyen de vivre ensemble dans la paix, transformant ainsi cette élégie cosmique en suspens en un psaume créateur de fraternité. Si cela advient, l’homme développera pour tous les conflits humains une méthode rejetant la vengeance, l’agression et la riposte. Le fondement d’une telle méthode est l’amour. »

Souvenons-nous des enseignements de Gandhi. Cet apôtre de la non-violence et de la paix (à qui je rends hommage) a tout réussi par le dialogue, la tolérance, le respect, l’amour. La non-violence est une arme redoutable qui finit toujours par atteindre son objectif, quel que soit le blindage que vous mettez devant… Pensez-y, et faites-en l’expérience.

A propos du fait que la non-violence est une arme redoutable, Martin Luther King répétait sans cesse que : « La non-violence cherche à racheter le retard spirituel et moral qui est le principal dilemme de l’homme moderne. Elle tend à garantir des fins morales par des moyens moraux. C’est une arme juste et puissante, unique dans l’histoire, qui coupe sans blesser et anoblit l’homme qui la brandit. »
Soyons au service des autres, mettons-nous quelquefois à leur place et reconnaissons en eux les mêmes droits qu’à nous-mêmes. Ne leur faisons pas des choses mal dont nous ne voudrions pas qu’on nous fasse à nous.

Comme a su le dire le dalaï-lama : « être non-violent signifie être au service de ses semblables. Il est dans la nature des hommes de désirer la liberté, l’égalité et la dignité. Si nous reconnaissons aux autres un droit à la paix et au bonheur égal au nôtre, n’avons-nous pas une responsabilité dans le fait d’aider ceux qui sont dans le besoin ? »

Les Êtres humains sont capables de construire la paix. Nous sommes capables de mettre nos différences de côté et de vivre ensemble, nous sommes capables de faire le bien, rien que le bien à nos semblables. La paix, la liberté, l’égalité, la fraternité, la tolérance, le respect etc, ne sont pas que de vains mots. L’Être humain est capable de les pratiquer réellement, puisque de toute évidence, ce sont des mots réels qui ont tout leur sens dans un monde réel…