Groupe CCEE L'autoédition au service de votre talent 0 Contact 04 42 36 94 06
serviceclient@autres-talents.fr
Lundi au vendredi : 9 H / 12 H - 14 H / 19 H
Vous êtes ici : > > > Le monde de khaësse
couverture du livre Le monde de khaësse écrit par Khemoune Sandrine

Khemoune Sandrine

Le monde de khaësse

19.50 € TTC

Frais de port inclus France
Métropolitaine uniquement

348 pages
A5 : 14.5 x 20.5 cm sur papier 80 g offset
Style litteraire : Jeunesse
Numéro ISBN : 978-2-9540343-2-4

Présentation de Khemoune Sandrine


Khemoune Sandrine signe son premier roman Fantasy, le premier tome d’une trilogie qui vous transportera dans un monde peuplé de créatures fantastiques.

Magie, personnages attachants et êtres maléfiques vous attendent dans un univers fortement imprégné par la mythologie et la civilisation celtes.

Présentation de Le monde de khaësse


Gaïa et Dézaï, des jumeaux, orphelins dès leur naissance, sont recueillis par des petits êtres aux pouvoirs magiques : les Bolibés.

Ce peuple pacifique vit caché dans un monde inviolable : Le village enchanté des Bolibés, bien à l’abri des terres de Khaësse où le redoutable Lucifor règne en maître depuis des décennies.

Mais, à leur treizième anniversaire, les jumeaux sont amenés à quitter ce village, en quête de leurs origines, en traversant les entrailles du vieil arbre tordu à l’écorce fendu, frontière entre les deux mondes.

Un long périple les attend fait de rencontres inattendues et pleines de dangers.

En chemin, Gaïa, son frère Dézaï et les Bolibés rencontreront Efflama, la louve blanche qui les guidera jusqu’à son maître Gurwan, chef du Comté Perdu.

Arriveront-ils à se sauver des Marécages, du Lac Ensorcelé, pris au piège dans ces eaux glacées, peuplées de créatures terrifiantes et de dangereuses Naïades ?

Réussiront-ils à échapper à la cruelle Armée des ombres noires maléfiques qui ne cesse de les traquer ?

Les Cerfantors, ces surprenantes créatures, mi homme mi cerf, les aideront-ils à mener ce combat ?

Pour le savoir, passez votre main sur le tronc du vieil arbre tordu à l’écorce fendue.
Lorsque le passage s’ouvrira…

Découvrez le Monde de Khaësse !


Extrait du livre écrit par Khemoune Sandrine


I. L’esprit de la colline
 
Mais un jour, malgré les acharnements de Lucifor et les pouvoirs tant redoutés de toute cette armée, une infime lueur d’espoir vint se poser sur les tapis sombres et grisâtres de cette forêt plongée dans l’obscurité. Une source de vie était en train de se faire une place, au milieu de ce paysage sordide, elle poussait, grandissait, sortant du sol, jusqu’à atteindre la taille d’un pouce. On pouvait facilement distinguer, au bout de cette tige, une petite tache d’un bleu illuminant d’une pure beauté… une fleur. Elle écarta ses pétales sous la rosée matinale, laissant place à une clarté bleutée au milieu de ce triste décor, trônant telle une reine, narguant tout ce qui l’entourait. Ce ne fut que quelques secondes après son éclosion qu’un nuage de poussière des ténèbres se forma et des ombres noires terrifiantes apparurent. Ces ombres devinrent plus perceptibles jusqu’à ce que l’on puisse distinguer l’armée des ombres noires maléfiques. Ils étaient une dizaine environ, tous vêtus de la même façon, portant l’uniforme noir recouvert de longues capes. À leur taille, des ceintures en cuir d’où pendaient des couteaux argentés pointus et tranchants. Leurs bottes étaient en peau avec des semelles cloutées. On ne pouvait pas voir leur visage car ils portaient tous des masques qui laissaient juste apercevoir leurs yeux sombres et cruels. Une bouche d’acier proéminente de dents de fer longues, pointues et acérées, était en relief sur ces masques, des cheveux ébouriffés, épais et longs jusqu’aux épaules. L’armée des ombres noires maléfiques, plus terrifiante que jamais, pourvue de lances, de flèches et d’épées, scrutait l’horizon, toute ouïe au moindre bruit. La forêt retenait son souffle elle aussi. Elle se voyait renaître à nouveau grâce à cette fleur, bel et bien là sur cette terre de poussière si longtemps restée sans vie. Le chef de la troupe, l’abominable Ezgor, s’approcha de la fleur d’un pas lourd et décidé ; elle était à ses pieds, si fragile et si éclatante à la fois. Ezgor leva son visage masqué vers le ciel sans vie lui aussi. Un ciel sombre sur une terre noire, ou une terre sombre sous un ciel noir, comme si ciel et terre se reflétaient l’un dans l’autre, se rendant l’image d’un triste face-à-face. Ezgor renifla tel un animal sauvage traquant sa proie. Il s’accroupit à la hauteur de cette fleur si mystérieuse, se pencha et dans un geste brusque, la cueillit. Déracinée, elle paraissait beaucoup plus pâle à présent, mais elle restait lumineuse comparée à ce qui l’entourait. Arrachée bien trop tôt à la vie, prise au piège entre les mains meurtrières d’Ezgor, elle se livra malgré elle. Ses pétales bleutés, au nombre de cinq, s’écartèrent avec grâce et élégance, laissant apparaître au centre de la fleur une bulle transparente d’un blanc immaculé. La petite bulle se détacha avec légèreté, grossissant au fur et à mesure qu’elle s’élevait dans les airs juste au-dessus de la fleur qu’Ezgor tenait toujours prisonnière entre ses mains. La bulle blanche atteignit la taille d’une grosse boule de cristal, tournant sur elle-même à une vitesse folle. Elle s’anima, ne pouvant garder son secret plus longtemps, des images de plus en plus nettes se formèrent à l’intérieur de cette sphère étrange. Un sourire satisfait pendu aux lèvres, Ezgor n’eut plus qu’à lire les entrailles de cette fleur qui se dévoilait malgré elle. Les images prirent place à l’intérieur de la bulle. On distinguait une femme qui courait dans un champ d’herbes fraîches, elle fuyait… On ne voyait pas son visage. Elle avait de longs cheveux roux ondulés et elle portait une robe de lin beige. Cette femme se trouvait à l’extérieur des forêts maudites et elle s’enfuyait par les champs qui l’entouraient. Mais comment avait-elle pu réussir à s’enfuir des forêts ? Et, où allait-elle ? L’image s’arrêta, la scène se brouilla et prit fin, la bulle redevint transparente, se rétrécissant, elle redescendit et reprit sa place à l’intérieur de la fleur qui se fana. Le cœur d’Ezgor s’emplit de haine et la rage le submergea. Il écrasa la fleur entre ses doigts, émiettant les pétales jusqu’à la tige. Il ne restait plus rien de cet espoir de vie si vite réduit en
poussière. Il se tourna vers son armée et prit la parole, rompant le
silence pesant :

- Une femme…
Sa voix était grave et rocailleuse, elle n’avait rien d’humain, puis il poursuivit :

-… elle fuit, elle essaie de trouver refuge.

Excitée par la déclaration de leur chef, l’armée des ombres noires maléfiques se déchaîna, poussant des grognements gutturaux telle une bête sauvage assoiffée de sang. Certains agitaient leurs lances,
prêts à traquer cette femme. Une autre créature s’approcha d’Ezgor et prit la parole à son tour. Sa voix était rude et grave, étouffée par le masque qu’il portait.

- Doit-on prévenir le Maître ?
- Ce n’est pas la peine de le déranger pour si peu.

Il se redressa et s’adressa à sa troupe au complet.

- Retrouvez-la ! Je la veux vivante, je veux connaître ce qui la lie à cette fleur.

Des cris de guerre résonnèrent dans la forêt inerte et la troupe se volatilisa sous leur longue cape noire, dans un nuage de ténèbres, à la recherche de cette femme mystérieuse.


Témoignage sur l'autoédition de Khemoune Sandrine


Un grand merci à l’équipe, d’Autres Talents, pour leur travail, leur professionnalisme. J’ai été plus que ravie par le travail effectué par cette équipe.

Karim a su être à l’écoute, me conseiller et m’aider sur la partie technique.

Lorsque j’ai reçu mon roman, il n’y avait aucune erreur d’impression, le travail était soigné.
J’ai ensuite livré mes libraires qui furent agréablement surpris par la qualité du roman, notamment la première de couverture. J’ai déjà rencontré mes lecteurs, lors de séances de dédicaces et tous, m’ont complimentée sur la beauté du livre.

L’auto édition est une solution pour de jeunes auteurs, et je conseille Autres talents.
Les prix sont très bas, le travail irréprochable, l’équipe est disponible pour ses clients, attentive à leur demande.

Alors, un grand merci à Autres Talents !