Groupe CCEE L'autoédition au service de votre talent 0 Contact 04 42 36 94 06
serviceclient@autres-talents.fr
Lundi au vendredi : 9 H / 12 H - 14 H / 19 H
Vous êtes ici : > > > Les injusctices de Dieu
couverture du livre Les injusctices de Dieu écrit par Bouchaut Jean-Yves

Bouchaut Jean-Yves

Les injusctices de Dieu

16.00 € TTC

Frais de port inclus France
Métropolitaine uniquement

392 pages
15 x 22.5 sur papier 80 g bouffant ivoire
Style litteraire : Littéraire
Numéro ISBN : 978-2-9542721-0-8

Présentation de Les injusctices de Dieu


« Disons-le clairement : Dieu est énervant ! » "Les injustices de Dieu" est un roman dont les chapitres s’amorcent par la mise en accusation du Créateur. Les garants de l’ordre moral n’auront-ils pas raison d’interpeller ce Dieu des Évangiles qui semble avoir une préférence pour les fainéants, les fautifs et les coupables ?

9 paroles d’Évangile que les paroissiens de Saint-Juvilly-les-Eaux vont devoir se coltiner dans le concret de leur vie. Les parfaits supporteront-ils longtemps les pécheurs ? Le curé Antoine Besnard parviendra-t-il enfin à retrouver la paix ?

Un roman atypique où les paroissiens d’une petite commune rurale, s’en remettant à leur conscience, se confrontant les uns aux autres, vont s’efforcer de vivre l’inattendu de situations évangéliques s’invitant dans la réalité de leur monde contemporain. Truculents ou graves, toujours attachants, les personnages nous entraînent, chapitre après chapitre, dans une fiction à l’intensité croissante.


Extrait du livre écrit par Bouchaut Jean-Yves


Disons-le clairement : Dieu est énervant !

Surtout pour les appliqués. Car ce sont bien les sérieux et les parfaits qui risquent de souffrir le plus de ses « injustices » Comme il est difficile en effet pour les méritants de toutes les religions d’accepter que le concept de « punition » soit totalement étranger à la personne de Dieu ! Comme il leur sera difficile d’accepter la démesure de sa Miséricorde !

Ah ! Tout au long de l’Histoire, combien de rigoureux défenseurs des idées divines ont vaillamment tenté de camoufler la folie de Dieu et d’interner le Malade ! Ils ont quelquefois réussi à Le dissimuler dans un placard, pour enfin prendre le pouvoir et diriger les choses par intérim, tout en se réclamant de Lui. Malheureusement pour eux, ils n’ont jamais réussi à falsifier les 4 Évangiles pour la simple, mais bonne raison que beaucoup s’en seraient aperçus…

Tellement, en ce monde, opèrent, tels des magiciens habiles, ce subterfuge de faire croire qu’ils défendent Dieu lui-même… ou la Vérité. Ils ne tressent pourtant que leurs propres auras et ne se dépensent que pour leurs petites personnes. Pour se justifier, ils dominent, ils imposent et légifèrent. Et nous-mêmes, faisons si souvent partie de cette famille des « brillants aveugles »…

« Qui » est Dieu ? Voilà une question qu’elle est bonne. Pour le chrétien, la révélation de l’identité de Dieu est lumineusement « cachée » dans les mots et dans les attitudes de Jésus. Tout est sur la table, offert comme un cadeau à tous les humbles qui osent remettre à plat leurs certitudes… mais tout n’est pas facile à digérer. À l’exemple de nos sœurs les vaches, il nous faudra ruminer longtemps la Parole afin de nous convertir à sa lumière si simple – trop simple pour nos esprits compliqués…

Assis au volant de sa Citroën, cédant le passage comme le panneau le lui indiquait, le conducteur contemplait sereinement le flot incessant de voitures qui tournait autour du rond-point. Elles choisissaient toutes de s’engouffrer vers l’une des grandes directions : côté « océan » ou côté « montagne ». Fin juin, jour des départs, pas une seule automobile, pas une seule caravane ne s’engageaient sur la D43 qui conduisait à Saint-Juvilly-les-Eaux. Thierry Bligneul, maire de la bourgade, en souriait de satisfaction.

Son élection, sans surprise, confirmait la vocation de la modeste agglomération : le consensus, l’harmonie, la quiétude… Sa commune lui ressemblait, ou, plus justement, il ressemblait à sa commune, c’était sans doute pour cette raison qu’on l’avait
élu…

Une mairie, une église, une place ombragée, une salle municipale, une petite entreprise de chaussures, quelques artisans, un Shopi, une boulangerie, un bar-tabac-restaurant, une rivière : un bourg parfait d’équilibre et de sérénité. Il existait même – situation rarissime, en ces temps de disette – un curé qui logeait au presbytère.

Y avait-il en France une commune rurale plus paisible que Saint-Juvilly-les-Eaux ? Une commune sans histoire où les habitants respiraient chaque jour le bonheur de vivre ?

Thierry Bligneul, catholique pratiquant, redressa d’un quart de tour le Saint Christophe aimanté qui penchait un peu trop la tête sur son tableau de bord, puis il s’engagea sur le rond-point en se glissant entre deux camping-cars. Il prit la bretelle de sortie s’engageant sur la D43 et se retrouva, seul, à rouler en direction de Saint-Juvilly-les-Eaux.

Il souriait toujours.

Il aurait sans doute beaucoup moins souri s’il avait médité cette parole incompréhensible de Jésus : « Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre : je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive. »

Il aurait beaucoup moins souri s’il avait pu imaginer que sa commune de Saint-Juvilly-les-Eaux avait été choisie par Dieu pour être éprouvée par neuf passages de son insondable Évangile…


Témoignage sur l'autoédition de Bouchaut Jean-Yves


Le meilleur rapport qualité prix trouvé à ce jour !

Merci