Groupe CCEE L'autoédition au service de votre talent 0 Contact 04 42 36 94 06
serviceclient@autres-talents.fr
Lundi au vendredi : 9 H / 12 H - 14 H / 19 H
Vous êtes ici : > > > Entre l'ours et la murène
couverture du livre Entre l'ours et la murène écrit par Aguilar Michel

Aguilar Michel

Entre l'ours et la murène

18.00 € TTC

Frais de port inclus France
Métropolitaine uniquement

464 pages
15.8 x 24 cm
sur papier 80 g offset
Style litteraire : Roman
Numéro ISBN : 978-2-35682-086-0

Présentation de Aguilar Michel


Amateur de chasse à l'arc et de pêche sous-marine, l'auteur parcours le monde pour assouvir ses passions. Plus intéressé par la difficulté des défis que par le résultat obtenu, il n'a de cesse de se lancer dans de nouveaux challenges. Spécialiste en sommellerie, il est professeur dans une école hôtelière aux Antilles après avoir enseigné en Provence, en Guyane et à Tahiti.

Sa véritable passion est l'éthologie et chacun de ses livres donnent l'occasion de découvrir le comportement d'un animal inséré au milieu de l'intrigue. D'autres paramètres sont systématiquement abordés dans ses romans : l'amitié, la famille, le goût de l'effort et sa fascination pour les grands espaces naturels.

Présentation de Entre l'ours et la murène


Un responsable de la sécurité d'une usine high-tech vole un échantillon révolutionnaire pour le vendre à des Yakusas. L'échange avec les bandits se passe mal et l'oblige à se faire embaucher comme guide de chasse à l'ours.

Les deux archers se retrouvent ainsi entraînés au cœur d'une aventure qui démarre dans le grand nord canadien et qui se terminera au bord d'un lagon de Polynésie. Le rythme soutenu, les rebondissements amènent peu à peu le lecteur vers un dénouement où chaque pièce du puzzle prend définitivement son importance.


Extrait du livre écrit par Aguilar Michel


Kunakashi Nori ne se lasse pas de contempler la vue depuis le 53e étage de la Mori Tower où se situe son bureau. Il distingue au loin la tour Eiffel de couleur rouge que ses concitoyens ont érigée dans son quartier de Roppongi Hills. Pourquoi cet amour immodéré pour la France et pour tout ce qui est français ? Il ne comprend pas le Japon d'aujourd'hui. Même la mairie de Tokyo a pris des allures de "Notre Dame de Paris"! Il trouve cela, à proprement parler, ridicule. Toutefois, en ce qui concerne l'hôtel de ville, le caractère français devient anecdotique face aux millions de yens qu'il a pu prélever lors de la construction de cet immense bâtiment. Les rues bruyantes du quartier d'Airin à Osaka, où il a grandi, lui manquent un peu. Mais son statut de chef de la plus grande famille de yakuzas d'Honshû exige de diriger son empire depuis le centre de Tokyo. Cette tour, qui lui a permis aussi de gagner beaucoup d'argent, se situe en plein milieu d'un quartier d'affaires prospères. Le racket qu'il a exercé sur les différentes entreprises de construction a pris son point d'orgue lorsqu'il s'est octroyé ces cinq mille mètres carrés de bureaux, à l'endroit où l'immobilier est le plus cher du monde. Il peut désormais, côtoyer les décideurs des entreprises les plus rentables du Japon et ceci, dans l'enceinte même du building. Les quatre restaurants privés du gratte-ciel ne désemplissent pas et c'est autour de chefs et de vins français (encore !) que se négocient les contrats les plus juteux du pays.

Et là où il y a beaucoup de yens… il se doit d'être présent.

Un léger toussotement dans son dos lui permet de savoir que sa secrétaire est entrée dans la vaste pièce. Sans se retourner, il s'adresse à elle, le regard toujours porté au loin.

- Qu'y a-t-il Sayuri-chan ?

Les yeux rivés vers le sol en signe de respect, la jeune fille sait que même si le ton est doux et les paroles de miel, cet homme est un tigre sans pitié. Elle a vu à plusieurs reprises ce gentil grand-père aux tempes argentées, condamner des hommes ou des femmes à une mort atroce sans se départir ni de son calme, ni de son doux sourire… Son "Sayuri-chan" littéralement "chère petite fleur de lys" est une formule inspirée de l'esprit "kaso" qui doit régner dans la pièce. Son patron a payé une fortune pour que l'agencement des cloisons, la disposition des meubles et le choix des objets respectent cet art ésotérique. Les dernières nouveautés high-tech réparties dans la pièce doivent s'effacer derrière cette lutte
ancestrale que mènent les chefs japonais contre le mauvais sort.

- Keiji Hitsuji vient de téléphoner, il est arrivé par le Shinkansen d'Osaka et sera là dans cinq minutes. Pourrez-vous le rencontrer Kunakashi-sama ?

- Bien sûr ! Qu'il ne perde pas de temps ; j'attends avec impatience les renseignements qu'il m'apporte.
Le vieil homme renvoie la jeune femme d'un revers de sa main. Une fois de plus, la vue exceptionnelle sur la cité tentaculaire attire son regard. Il se dit qu'en fait, Hitsuji (le bélier), porte bien son nom. En effet Keiji fonce droit devant et fait toujours avancer les choses. Cette qualité est quelquefois aussi son plus grand défaut car son travail manque souvent de souplesse et de réflexion. Mais pour l'heure son meilleur homme de main lui amène une affaire exceptionnelle. Elle devrait lui permettre d'amasser une véritable fortune mais, mieux encore, de "mouiller" une entreprise de haute technologie. Il ne peut réprimer un sourire. Les dirigeants de ce business de pointe ne savent pas que, faire appel, ne serait-ce qu'une fois, à la mafia japonaise les liera à vie à cette organisation criminelle. Sayuri, entre une nouvelle fois dans la pièce. Elle est accompagnée de Keiji Hitsuji qui salue son dirigeant d'un bref hochement de la tête. Avant de s'effacer, elle ne peut se retenir d'observer le capitaine mafieux. Cet homme d'une trentaine d'années, arrive à rester élégant malgré ses larges épaules. Cela est certainement dû à son costume de prix qui en dit long sur sa position dans la hiérarchie mafieuse. Pour un Japonais, il est très grand, un bon mètre quatre-vingt dix ; un cou massif sur un large torse avec des bras extrêmement musclés. L'homme a la taille fine, malgré sa stature imposante, ce qui sous-entend des exercices physiques réguliers. Ses traits restent harmonieux même s'ils manquent un peu de finesse à cause de ses yeux noirs, encadrés de rides profondes, réduits à deux petites fentes. La jeune femme remarque une pointe bleue débordant de son col à l'arrière de son cou, certainement la fin d'un tatouage recouvrant l'ensemble de son dos. Comme la plupart des gens de sa caste, son corps doit retracer sa personnalité et les exploits guerriers qu'il a accomplis dans sa vie de malfrat. Instinctivement, elle porte son regard vers la main gauche à laquelle il manque une phalange… C'est le signe d'une erreur passée dans le parcours professionnel du bandit. A son grand étonnement celui-ci se met à parler, brisant la règle selon laquelle il doit attendre un signe de son supérieur.

- "Kunakashi-sama", j'ai réussi ! Nous aurons bientôt un échantillon !

Le chef Yakusa réprime l'envie de le remettre à sa place, mais comment aller contre la nature du bélier ? Il décide de passer outre ce manquement à l'étiquette et attend la suite.

- Notre contact chez "STRIA" nous garantit une livraison avant la fin du mois. Voulez-vous que j'aille personnellement faire l'échange ?

Le maître des lieux a déjà réfléchi à la question :
- Non seulement tu feras l'échange mais il faudra que tu t'assures que pour le prix que nous payons, STRIA ne soit plus un problème pour nos clients japonais. Cette entreprise doit perdre son laboratoire et toute la documentation se rapportant à ce projet. Suis-je assez clair Hitsuji-san ?
- Ok boss ! Ils ne pourront plus rien produire après mon passage chez eux. Dois-je éliminer notre contact ?
Une fois encore la violation du protocole n'arrache qu'un haussement de sourcils à son patron. Pourtant la plupart de ses employés peuvent être rossés sévèrement à coups de bâton si leur langage ne correspond pas au standard de Nori.

- Non, dit-il, notre taupe doit rester en vie, il pourrait être utile dans le futur. Mais sois sans pitié s'il essaye de nous doubler. Tu vas maintenant retourner à Osaka chez Hiro pour prendre tout le matériel dont tu auras besoin. Sayuri te donnera des billets d'avion pour Vancouver où tu prendras en charge Watanabe qui sera avec toi dans cette affaire. Il est déjà sur place et aura réuni à ce moment-là, le reste de l'équipement avec nos correspondants canadiens. Ils lui fourniront les armes et le personnel dont tu pourrais avoir l'utilité. Vous prendrez le train pour vous rendre de Colombie Britannique en Alberta car les contrôles aériens sont trop rigoureux depuis le 11 septembre. Des questions ?

- Non Kunakashi-sama !

- Alors ne me déçois pas, dit le vieil homme lui tendant une grande enveloppe bourrée de dollars canadiens.

- Voilà pour tes frais sur place, Watanabe aura les fonds pour récompenser notre contact chez STRIA. Cette fois-ci Keiji respecte la tradition en s'inclinant et en repartant à reculons. Nori Kunakashi, comme il se fait appeler, se retrouve seul. Son nom pourrait signifier "entre neuf et quatre". Mais ses amis, comme ses ennemis, ne s'y trompent pas : la prononciation du nombre neuf –kuyen Japonais, est la même que le mot souffrance tandis que celle du nombre quatre –shi- s'apparente avec la mort… "entre la souffrance et la mort" tel est le meilleur des avertissements pour ceux qui voudraient l'affronter. Il se rappelle avec amusement les pleurnichements des représentants de la firme japonaise de nanotechnologie. Celle qui a justement ses bureaux dix étages plus bas. STRIA ou plus exactement le "Smart textile research institut of Alberta", leur a porté un vilain coup lorsqu'elle leur a damé le pion sur le commerce juteux des draps d'hôpitaux. Bien avant eux, cette société basée à Edmonton au Canada a réussi à produire un textile intelligent. Le linge qu'ils vendent aux organismes de santé est capable de diffuser des microcapsules antiseptiques qui préviennent les maladies nosocomiales. Ce succès a donné à cette entreprise d'Alberta des moyens financiers extrêmement confortables. Mais sa fortune était déjà faite avec d'autres réussites spectaculaires dans le domaine des tissus révolutionnaires. L'agent, infiltré dans l'entreprise canadienne a été recruté par Nori sous couvert d'une bourse d'études. Le chef yakusa compte investir massivement dans l'espionnage industriel et il recrute aujourd’hui, autant de cerveaux que d’hommes de main. Le jeune universitaire, "en stage" chez STRIA, le tient au courant des dernières évolutions d'un sweat-shirt technologiquement très avancé. Ce vêtement devrait pouvoir commander à la fois une unité de téléphonie mobile et un lecteur MP3. Sur le point purement technique, les Japonais sont pratiquement au même niveau que les Canadiens. Par contre les asiatiques piétinent ferme, à la différence des Nord-Américains, sur les capteurs d'énergie indispensables au bon fonctionnement de cette découverte. Nori connaît au moins deux sociétés japonaises qui paieront le prix fort pour ce type d'informations. C'est en cherchant les plans de senseurs solaires révolutionnaires que l'ingénieur en herbe véreux, Tanaka Satoshi, est tombé sur un projet destiné à l'armée. Le chef Yakusa mis au courant a alors flairé une superbe affaire. Il pouvait permettre à l'industrie de pointe nippone de combler son retard… avec au passage la récolte pour son organisation criminelle d'un joli pactole… doublé d'un intéressement ad vitam aeternam. Pour lui, il est temps d'agir. Il pousse un léger soupir et se saisit du téléphone portable, couleur or, posé sur son bureau. Après avoir tapé un numéro, il s'assoit sur le rebord noir laqué du plan de travail.