Groupe CCEE L'autoédition au service de votre talent 0 Contact 04 42 36 94 06
serviceclient@autres-talents.fr
Lundi au vendredi : 9 H / 12 H - 14 H / 19 H
Vous êtes ici : > > > Les Villages Radieux
couverture du livre Les Villages Radieux écrit par Gobin Pascal

Gobin Pascal

Les Villages Radieux

15.00 € TTC

Frais de port inclus France
Métropolitaine uniquement

384 pages
A5 : 14.8 x 21 cm sur papier 80 g offset
Style litteraire : Roman
Numéro ISBN : 978-2-7466-4171-6
Visitez le site de l'auteur

Présentation de Gobin Pascal


L’auteur est né en 1960. Il habite dans la banlieue nantaise près de la Cité Radieuse construite par Le Corbusier à Rezé. Les infos quotidiennes qui instillent comme un poison lent les nouvelles du monde le désespèrent.

Mais que faire une fois qu’on a choisi de débrancher définitivement la télé ? Explorer différentes alternatives à un mode de vie consumériste, s’intéresser aux techniques de développement personnel, partir à la recherche de structures sociales où l’être humain a plus d’importance que l’argent… puis essayer de trouver un moyen de rendre compte.

Il n’y a pas d’intention didactique dans « les Villages Radieux » ce n’est pas non plus un écrit militant. C’est simplement un roman écrit avec le désir de distraire le lecteur et d’entrouvrir quelques portes qui, peut-être, permettront d’accéder à un avenir meilleur.

Présentation de Les Villages Radieux


Julian qui termine ses études, a l’opportunité de réaliser un rêve souvent caressé, celui de créer un village où il habiterait avec ses meilleurs amis. Tous partagent des valeurs qu’ils souhaiteraient appliquer au quotidien : faire de l’écologie un art de vivre en respectant l’homme et la nature, et en s’inscrivant dans une démarche de développement durable.

C’est loin d’être simple, et souvent carrément rock-and-roll ! Car il faut composer avec des situations matérielles parfois périlleuses, des relations sentimentales complexes, des personnages pittoresques ; de-ci de-là on croise même des figures médiatiques qui viennent prêter main-forte à la construction. On ne s’ennuie pas dans ce village !

Et quand ils parviennent enfin à un certain équilibre, Julian et ses amis s’empressent d’aller parcourir le monde pour développer leurs principes de vie dans de nouveaux lieux, avec de nouvelles contraintes. Il faut préciser qu’ils mènent une quête : ils ont fait une grosse bêtise et ils doivent en connaître les effets pour envisager enfin une vie réellement… radieuse.


Extrait du livre écrit par Gobin Pascal


Le testament d’Irma


« Tante Irma est morte »

M’annonce Emmanuel Pyrame de Valglaude en s’asseyant lourdement sur la banquette. Il se prend sa tête entre les mains. Il sanglote doucement. Nous sommes seuls dans le café cet après-midi. Je me perds dans la contemplation du miroir fixé contre le mur derrière mon ami. Le café est désert, juste les bouteilles et les verres. J’aurais pourtant bien aimé rencontrer le regard de Florence,
si elle avait été installée derrière le bar, j’y aurais trouvé un peu de chaleur mais elle n’a pas encore commencé son service. Brigitte Fouquet doit être dans l’arrière-salle, on entend Julien Lepers qui
pose ses questions à des candidats champions.

Comme je viens de faire un stage dans un service de fin de vie
au CHU, j’ai pu constater que les réactions des gens face à la mort
sont très diverses. Emmanuel fait visiblement partie de ceux qui
préfèrent se réfugier dans le silence. Je respecte. J’aimais bien sa
tante Irma. C'était une femme sympathique, chaleureuse et
accueillante.

- Qu’est-ce qui lui est arrivé à Irma ? Elle était bâtie pour faire une centenaire.

- Un AVC.

- Quand c’est pris à temps ça se soigne, même que généralement les séquelles s’estompent assez bien.

- Oui, quand c’est pris à temps. Sauf que je crois bien que sur ce coup-là, tonton Théo a un peu foiré…

Julien Lepers a couronné son champion du jour, Brigitte s’approche de notre table et nous demande ce que nous désirons boire. En principe à ce moment de la journée c’est l’heure de la Jenlain, mais c’est quand nous sommes tous les quatre... Toutefois, Emmanuel est en deuil. Madame Fouquet fronce du sourcil quand je lui annonce notre commande :

- Ça ne va pas faire trop, une grande bouteille pour vous deux ?

- Vous êtes bien la seule patronne de bar qui se soucie de la sobriété de ses clients.

- C’est parce que vous êtes aussi mes locataires et des locataires arsouilles, ça ne m’intéresse pas !

- Bon OK, servez-nous deux Spaten.

Nous logeons dans l’appartement mansardé de l’immeuble dont le bar de Brigitte Fouquet constitue le rez-de-chaussée. C’est au
cinquième étage : quatre-vingt-deux marches sans ascenseur. Mais un appart très bien aménagé sous les combles. Quatre chambres, un grand séjour qui est souvent transformé en dortoir pour les amis de passage et une salle de bains. Ça c’est un problème à cause de Sabine qui y passe beaucoup trop de temps à notre goût ; et aussi parce que les WC sont dans cette pièce et que notre amie se met en rage chaque fois qu’une pauvre petite goutte de pipi stagne malencontreusement sur la lunette ; et je n’évoque pas les poils… À part cela, notre colocation est très agréable, harmonieuse et
économique. On paye 800 francs par mois, divisé par quatre, ça nous revient nettement moins cher qu’une chambre minable et bruyante en cité U.

- Je regrette que Jean-Gabriel et Sabine ne soient pas ici, reprend Emmanuel à mi-voix.

- Ben oui, ça va leur faire de la peine et on n'aurait pas été trop de trois pour te soutenir.

- Tu es là Julian, me répond Emmanuel en me souriant tristement, c'est déjà un grand réconfort.

- Merci, c’est gentil.


Témoignage sur l'autoédition de Gobin Pascal


Je viens de recevoir les cartons contenant les exemplaires de mon roman "les Villages Radieux" et je suis très satisfait du résultat : mise en page parfaite, très belle couverture, papier de qualité. Rien à redire, Autres talents a fait du bon boulot.

J'avoue que j'ai été plutôt inquiet quand j'ai signé le chèque pour confirmer la commande, même si le prix proposé est très honnête, ça fait quand même une somme conséquente !!! et peut-on se fier aux autres témoignages d'auteurs : tout le monde sait quel crédit il faut accorder à ce qui s'écrit sur internet…

Ce que j'ai trouvé rassurant, c'est que pendant tout le processus de préparation les échanges avec Monsieur Belarbi ont été toujours encourageants, enthousiastes, professionnels.

Un peu inquiet puisqu'il va bien falloir les vendre ces exemplaires, mais satisfait de pouvoir proposer à mes futurs lecteurs un produit de qualité.