Groupe CCEE L'autoédition au service de votre talent 0 Contact 04 42 36 94 06
serviceclient@autres-talents.fr
Lundi au vendredi : 9 H / 12 H - 14 H / 19 H
Vous êtes ici : > > > Mère, Ad vitam…
couverture du livre Mère, Ad vitam… écrit par Destats Karine

Destats Karine

Mère, Ad vitam…

17.00 € TTC

Frais de port inclus France
Métropolitaine uniquement

116 pages
A5 : 14.8 x 21 cm sur papier 80 g bouffant ivoire
Style litteraire : Roman
Numéro ISBN : 978-2-35682-461-5

Présentation de Mère, Ad vitam…


Comment peut-on survivre à la perte de son enfant ? Il n’y a pas de réponse universelle chacun fait comme il peut. Ce livre retrace quelques journées de ma nouvelle vie durant un an, sans mon fils aîné emporté le 5 février 2014. Tu vivras tant que je vivrais ont été les premiers mots qui m’ont envahie pour survivre et continuer le chemin de la vie avec lui. L’amour qui unit une mère à son enfant est éternel, c’est un lien qui ne se brisera jamais. Le manque physique se transforme en un vent mystique remplit d’amour.


Extrait du livre écrit par Destats Karine


A l’heure du goûter,
Je marcherai sur ce sentier,
Enfouie dans mes pensées,
L’espoir de continuer,
Le chemin tracé,
Avec mon fils bien aimé,
Le cœur battant, tout en combattant,
Je mènerai pour toi la gaîté,
Pour faire fleurir toutes nos pensées,
Pour pérenniser notre amour à jamais.

EXTRAIT N°2

Dix minutes, une heure, je ne sais pas combien de temps je suis restée auprès de Guillaume. Sans blessures apparentes, il était beau, apaisé, reposé dans son sommeil éternel. Pendant 4 jours nous nous sommes rendus à ses côtés.

Dans mes instants de présence à son chevet, j’ai ressenti la colère de mon fils, comme s’il s’en voulait de cet accident, ne comprenant pas la situation.

Cela peut sembler bizarre à qui n’a pas vécu de douleur extrême mais je crois que cela m’a aidé à me dire : il faut que tu sois forte pour lui, par respect pour lui, parce qu’il ne voudrait pas voir sa famille tomber, il fallait que je sois forte que je l’aide, que je continue avec lui.

Les premiers temps, je crois avoir eu beaucoup d’absences. Je m’en rendais compte, parfois je ne savais pas ce que j’avais fait, où j’étais 5 minutes avant. J’avais l’impression de marcher sur un fil tendu au-dessus d’un vide, d’un trou noir qui m’attirait et m’aspirait. J’ai repris mon travail, après 15 jours. C’était juste une question de survie, je crois. Il fallait que je reste dans ce monde et pas que je parte dans le néant.

Guillaume tu vivras, tant que je vivrai…


Témoignage sur l'autoédition de Destats Karine


C’est comme un journal intime où j’écris, je crie mes maux, ma douleur, mes questions sur la vie, l’après vie. Mais très vite je me suis rendue compte que c’était essentiellement pour continuer ce lien, cette union avec mon fils Guillaume. Ce n’est pas mon livre mais notre livre.
Continuer mon rôle de maman malgré la distance qui nous sépare. Continuer à lui parler.
Dans ce livre j’ai voulu aussi habiller ma souffrance, la parer de lumière, de douceur, d’espoir à travers les poèmes notamment.
J’ai voulu écrire ce livre pour aider d’autres mamans, d’autres personnes dans la souffrance, pour leur dire :
Que l’amour a plusieurs formes, et il est éternel.
Que la souffrance est universelle et peut-être apaisée par l’amour.
Que le désespoir peut être vaincu par la force.
Et, que pour un monde meilleur, il faut Aimer, toujours Aimer.
Karine DESTATS