Groupe CCEE L'autoédition au service de votre talent 0 Contact 04 42 36 94 06
serviceclient@autres-talents.fr
Lundi au vendredi : 9 H / 12 H - 14 H / 19 H
Vous êtes ici : > > > Autohypnose
couverture du livre Autohypnose écrit par Kalafate Christian

Kalafate Christian

Autohypnose

25.69 € TTC

Frais de port inclus France
Métropolitaine uniquement

144 pages
A5 : 14.8 x 21 cm sur papier 90 g offset
Style litteraire : Savoir
Numéro ISBN : 979-10-95079-01-9

Présentation de Kalafate Christian


Hypnothérapeute, enseignant Reiki Usui et LaHoChi, Christian Kalafate se consacre en tant que thérapeute, depuis plus de dix ans, et après une carrière dans le marketing au sein de grands groupes, au soin énergétique et à l’accompagnement vers le bien-être.

Présentation de Autohypnose


L’autohypnose, c’est l’hypnose que l’on pratique soi-même, sur soi-même, et pour soi-même. Phénomène naturel connu depuis la nuit des temps, l’hypnose ne requiert aucun talent particulier.

Avec ce manuel pour vous accompagner, vous entrerez en contact avec cette part de notre psychisme que l’on nomme l’inconscient. Et ainsi orienter votre vie, améliorer vos ressentis, désamorcer des blocages… Avec l’autohypnose, une pratique douce et humaniste, vous trouverez un champ infini d’applications concrètes pour réenchanter votre vie !


Extrait du livre écrit par Kalafate Christian


Libérez vos potentiels !

Ce manuel est le fruit de longues années de pratiques en hypnose et autohypnose, dispensées au sein de l’association ActivZen, basée à Paris.

Dans la première partie de ce manuel, vous découvrirez les fondements scientifiques et psychologiques qui expliquent, en partie, le phénomène de la transe hypnotique.

Dans une seconde partie, vous pourrez expérimenter dix-neuf scripts de séances, couvrant la grande majorité de vos besoins d’évolution. Libérez vos potentiels ! Vous trouverez, sur le site de l’association, tous les programmes de formations et les ateliers liés à différentes pratiques énergétiques. Enfin, sur notre chaîne Youtube, vous découvrirez plus de deux cents audios destinés à vous accompagner sur votre chemin de développement personnel et spirituel.

Le XXIe siècle sera spirituel ou ne sera pas. André Malraux Je vous souhaite un beau chemin d’évolution, en Conscience ! Bien à vous,

L’autohypnose répond à de nombreux objectifs :
• Accéder par soi-même à des états modifiés de conscience permettant l’installation du changement en soi.
• Garantir sa sécurité intérieure, face à un thérapeute dont on ne connaît jamais toutes les intentions. • Être indépendant dans ses choix d’objectifs.
• Tester sa capacité d’autosuggestion.
• Maîtriser ses finances, être autonome.
• Faciliter grandement les séances vécues ensuite avec un hypnothérapeute grâce à la maîtrise de cette technique.
• Garder sous contrôle certaines pathologies traitées en séances en disposant chez soi d’un outil simple et toujours disponible, en permettant un “autocoaching” à la carte.

Pour toutes ces raisons, et bien d’autres encore, l’autohypnose est un vecteur de changement durable et “écologique”, car vous en maîtrisez l’usage. Toutefois, cet outil prodigieux nécessite un entraînement régulier qui, seul, sera en mesure de vous permettre d’atteindre, à votre rythme, les objectifs que vous vous serez fixés. La bonne nouvelle est que chacun de nous peut avoir accès à la maîtrise de cette technique.

La transe hypnotique est un état naturel, que l’autohypnose déclenche à volonté. Vous deviendrez donc peu à peu conscient de votre inconscient ! Introduction à l’autohypnose : Ce manuel est créé à cet effet : vous donner les moyens d’expérimenter pas à pas les états modifiés de conscience propices à accélérer vos changements intérieurs. L’autohypnose permet donc de modifier des schémas ou des croyances limitantes. De résoudre certains phénomènes de phobies, peurs, ou angoisses inconscientes. De diminuer la douleur chronique et de soulager les effets des états dépressifs. D’améliorer en vous des dispositions déjà présentes et d’en faire des qualités visibles et efficaces dans votre parcours professionnel, sentimental et social. Enfin, d’atteindre progressivement un état de sérénité propice à améliorer votre sentiment de bien-être mental, physique et émotionnel. Comme le dit le dicton populaire, seul celui qui n’essaie pas est sûr d’échouer !

Alors si vous êtes prêt, commençons cette exploration de vos facultés cachées et je vous souhaite de belles découvertes sur votre chemin de réalisation…

introduction à l’autohypnose

La transe hypnotique est naturelle !

En effet, chacun d’entre nous expérimente l’état hypnotique plusieurs fois par jour et il semblerait même qu’il soit utile et nécessaire au maintien de notre équilibre mental. Milton Erickson (psychiatre américain des années 1950) a appelé “common everyday trance” la transe commune quotidienne, qui apparaît lorsque nous nous évadons du présent, “dans la lune”, absorbé dans un roman ou un film à la télévision, en attendant notre station dans le métro ou parfois même en conduisant. C’est donc bien un état normal, propre au règne vivant, et récemment identifié par la médecine grâce à une activité particulière et unique du cerveau. Comme chacun d’entre nous a cette faculté naturelle en lui, chacun va donc pouvoir bénéficier des bienfaits de la pratique de l’autohypnose.

• Premières traces : il y a déjà plus de 6 000 ans, en Mésopotamie, où les Sumériens pratiquaient déjà l’accompagnement par la parole. Un manuscrit cunéiforme décrit des guérisons obtenues grâce aux états modifiés de conscience. Les 3 états de transe hypnotique (re)découverts au XIXe siècle par Charcot y sont même déjà expliqués !

• Il y a 3 000 ans, en Égypte sous Ramsès II, 20e dynastie… Nous avons la description d’une séance “d’hypnose”, sur une stèle découverte à Musès en 1972. • En 1766, le Dr Franz Anton Mesmer, disciple spirituel de Paracelse, inspiré par sa pratique et ses écrits, devient le premier “psychothérapeute” des temps modernes avec le “magnétisme animal” (qui, entre nous, n’a plus grand-chose en commun avec la pratique de l’hypnose moderne, ericksonienne). Malgré ses détracteurs de l’époque, il triomphe dans tous les royaumes civilisés… jusqu’en :

• En 1824, Deleuze codifie la pratique du magnétisme et le propulse à nouveau au premier rang des thérapies de l’époque. Partout en Europe, dans les cours royales et impériales, on soigne par mesmérisme.

• En 1829, Jules Cloquet réussit la première ablation d’un sein sous hypnose (pour un cancer, en fait, il s’agissait d’une technique à base de magnétisme animal, le mot hypnose n’ayant pas encore été inventé).

• En 1841, James Braid, chirurgien écossais, découvre les techniques du magnétisme animal lors d’une démonstration donnée par le célèbre magnétiseur français Lafontaine. Il posera les bases scientifiques de ce qu’il nommera : Quelques dates : hypnose (1843). Selon James Braid, la transe hypnotique survient lorsque le patient est concentré sur une seule et unique idée.

Comment l’hypnose agit sur le cerveau

Échelles standardisées

Ernest Hilgard a découvert par hasard la Dissociation hypnotique en faisant l’expérience suivante : L’hypnotiseur suggère au sujet qu’il est sourd ; il semble le devenir et ne répond plus à aucune question ; pourtant, si l’hypnotiseur lui demande de bouger un membre, le sujet s’exécute. Lui-même étonné par ce résultat, Hilgard en conclut que la conscience semble dissociée en deux états différents.

Modifications des perceptions

Lorsque l’on demande à un sujet de se remémorer un événement, on constate l’activation neuronale de ses lobes temporaux (de chaque côté du cerveau, une activité électrique s’intensifie). Une très faible activité est constatée si le sujet ne fait pas appel à ses souvenirs, ce phénomène est identique lorsque celui-ci est sous hypnose ou en état de transe. Si ces zones sont peu sollicitées lors d’une transe, comment se fait-il que le sujet évoque tout un monde imaginaire, libérant de fait ses capacités sensorielles dans un cerveau peu actif, et cela indépendamment de sa volonté consciente ? En effet, les régions de la vision occipitale, des sensations pariétales et de la motricité pré-centrale sont activées, comme si le sujet voyait, sentait et bougeait, alors qu’il est immobile et “cérébralement” parlant, au repos !

Nous pouvons ainsi distinguer un phénomène de remémoration en état ordinaire de conscience et un phénomène où le sujet revit toutes les sensations liées à un souvenir, réel ou imaginaire, avec force détails.

La deuxième différence se trouve dans le précuneus. Cette région du cortex pariétal et le cortex cingulaire postérieur sont désactivés en cours d’hypnose. Pourtant, ses régions essentielles sont d’ordinaire très actives lorsque le sujet est éveillé, même lorsqu’il ne pense à rien en particulier. Là encore, on a déjà observé une désactivation de ces zones dans certaines phases du sommeil profond ou dans les états végétatifs, donc dans des états modifiés de conscience. Lors de ces phases de transe, qui prend la gouvernance du cerveau ? Le théra¬peute avec ses techniques de suggestion ou le sujet qui accepte la guidance qui lui est proposée – mais dans ce cas par qui ou quoi ?
Cette question fait toujours débat dans les milieux scientifiques depuis les premiers travaux du médecin viennois Franz Mesmer au xviiie siècle. Les résultats obtenus en utilisant l’imagerie céré¬brale tendent aujourd’hui à accréditer la première thèse, celle d’une conscience non locale et agissante, et à objectiver l’hypnose. Si la transe hypnotique demeure en partie mystérieuse, on ne peut que constater ses effets cliniques. L’activité cérébrale indique bien un état modifié de conscience lorsque le sujet est hypnotisé, permet¬tant d’utiliser cette technique pour éviter les anesthésies médi¬camenteuses et soulager les douleurs chroniques. Les hôpitaux français forment leurs médecins anesthésistes et infirmières à ces techniques de mise en transe, pour le plus grand bénéfice des patients. En effet, ceux-ci récupèrent bien plus rapidement d’une intervention chirurgicale, consomment