Groupe CCEE L'autoédition au service de votre talent 0 Contact 04 42 36 94 06
serviceclient@autres-talents.fr
Lundi au vendredi : 9 H / 12 H - 14 H / 19 H
Vous êtes ici : > > > Savants et éducation en Sud-Luberon
couverture du livre Savants et éducation en Sud-Luberon écrit par Beckert Guillaume

Beckert Guillaume

Savants et éducation en Sud-Luberon

26.00 € TTC

Frais de port inclus France
Métropolitaine uniquement

144 pages
A5 : 14.8 x 21 cm sur papier 80 g bouffant ivoire
Style litteraire : Savoir
Numéro ISBN : 978-2-35682-338-0

Présentation de Beckert Guillaume


Guillaume Beckert Master Histoire Spécialité Recherche Animateur Technique, Touristique et Culturel Association Culture Loisirs Education Formation (C.L.E.F)

Présentation de Savants et éducation en Sud-Luberon


Ecrit à partir d'un mémoire de Master présenté à l'Université du Maine, ce livre décrit les résultats de plusieurs années de recherches sur l'éducation prodiguée dans le Sud Luberon, et de son impact sur la population de cette région.

Nous avons pu découvrir un nombre important de savants, inventeurs, et érudits locaux, et nous avons voulu ici non seulement présenter l'éducation qui participa à leurs formation, mais également montrer ses résultats au travers de plusieurs exemples précis.

On pourra, au passage, constater que si cette éducation, ces connaissances, ces inventions, firent leur richesse ou leur réputation, Parfois elle causa, également, leur perte...


Extrait du livre écrit par Beckert Guillaume


1911, un avion se pose entre Puyvert et Lauris. Cela attire les foules, et les premiers photographes de l'époque, pour immortaliser cet événement. Plusieurs cartes postales furent ainsi éditées, qui font maintenant la joie des collectionneurs. Vingt ans plus tard, un plombier et un mécanicien de Cucuron, après avoir construit des tracteurs artisanaux, décident de tenter l'aventure de l'aviation à leur tour. Sans succès.

Pourtant, le plombier, Albert Raynaud, est à l'origine des premiers chauffe-eau solaires, dans les années 1930, que l'on pouvait encore voir il y a quelques années sur sa maison à Cucuron, quartier du cimetière. Numismate, philatéliste, cartophile (qui participa d'ailleurs à la chasse aux fameuses cartes postales citées ci-dessus), mais surtout personnage haut en couleur, il représentait bien l'aboutissement de plusieurs générations de bricoleurs/inventeurs de génie, que l'on rencontre dans le Sud Luberon.

Dans le même ordre d'idée, et jusqu'en 1931, à Cadenet, on pouvait rencontrer Ismaël Germain, né en 1909, qui n'était pas allé plus loin que les études primaires. Malgré cela, suivant l'exode rural des années 1930, il réussit une brillante carrière dans les tramways, à la R.A.T.V.M (Régie Autonome des Transports de la Ville de Marseille), gravissant les échelons, entre autres grâce à « sa belle écriture » et une certaine vivacité d'esprit. Philatéliste (grand spécialiste des timbres coloniaux), cartophile et numismate, dans sa jeunesse il fut aussi maçon, et même, enfant, vannier, confectionnant pour l'Atelier « Britton », qui comptait au moins 20 employés, les capuchons de bonbonnes, avant d'avoir droit au goûter.

Ces personnages ont un point commun : ils savent lire et écrire, et sont formés, à l'origine, à des métiers techniques. Ce sont aussi des « touche-à-tout », pour lesquels rien ne semble impossible, pour peu que l'on se penche sur la question. Le plus intéressant restant que, pour quelques échecs, on constate beaucoup de réussites. Cette présentation montre le résultat de trois siècles de formation, ou plutôt d’alphabétisation de l'ensemble de la population du canton de Cadenet, amenant l'émergence d'une culture et de personnages qui nous semblent très particuliers.

Mais alors comment se fait-il que nous puissions les rencontrer dans cette petite région, engoncée entre Durance et Luberon ? C'est, nous le pensons, dû à toute une série de circonstances liées à la façon dont ils furent éduqués et formés. Dans ce canton, essentiellement agricole comme une grande partie de la France à cette époque, comment expliquer la multiplication d'une « élite », même si elle reste souvent modeste, sinon par les effets déterminants de « l'ascenseur social » que fut l'école ? Cela sera l'objectif de notre réflexion.