Groupe CCEE L'autoédition au service de votre talent 0 Contact 04 42 36 94 06
serviceclient@autres-talents.fr
Lundi au vendredi : 9 H / 12 H - 14 H / 19 H
Vous êtes ici : > > > Si la crise m’était comptée
couverture du livre Si la crise m’était comptée écrit par Lemarty Jacques

Lemarty Jacques

Si la crise m’était comptée

17.50 € TTC

Frais de port inclus France
Métropolitaine uniquement

204 pages
A5 : 14.8 x 21 cm sur papier 80 g bouffant ivoire
Style litteraire : Savoir
Numéro ISBN : 978-2-9541709-0-9

Présentation de Lemarty Jacques


Chef d’entreprise, Jacques Lemarty a fréquenté durant de longues années les entreprises multinationales. Il était au cœur d’une économie qui a fait la richesse de la France. Mais il a aussi assisté au déclin qui s’est fait sentir peu de temps après l’adoption de l’euro.

C’est ce déclin qui l’a sensibilisé. Au fil du temps, il a recueilli les motivations qui ont amené notre pays et certains pays européens dans la crise que nous connaissons aujourd’hui.

Présentation de Si la crise m’était comptée


La crise de la France on la résume le plus souvent à sa dette. Serions-nous en crise si nous n’étions pas surendettés ? Non. Il aura fallu cumuler 35 années de déficits budgétaires pour nous mettre dans cette situation. Pendant 35 ans, nos élus de droite ou de gauche ont voté chaque année un budget ou les dépenses étaient supérieures aux recettes. Résultat, pour équilibrer nos comptes nous avons fait sans cesse de nouveaux emprunts. Ces 5 dernières années, c’est près de 480 milliards d’euros supplémentaires que nous avons empruntés pour couvrir nos dépenses.

Nous ne sommes pas les principaux responsables de cette dette. L’auteur les a identifiés ainsi que les raisons pour lesquelles ils continuent d’aggraver notre situation. En les identifiant, on comprend mieux la crise qui nous touche et son évolution.

Dans le livre de Jacque Lemarty vous ne verrez aucun graphisme, aucune formule. Sa principale préoccupation était de rendre ce sujet complexe en un sujet facile à lire et à comprendre. Un livre sur l’économie qui s’adresse à un large public.


Extrait du livre écrit par Lemarty Jacques


Mais qui vit cette crise mondiale ?
Qui en souffre ?
La grande majorité de l'humanité ?

Et pourtant, il y a des pays qui ne subissent pas cette crise. Au contraire, ils vivent un miracle économique. La Chine, l'Inde, le Brésil, la Russie, les pays du Golf et tous ceux qui disposent de ressources pétrolières, minières ou gazières ne sont pas en crise. En Europe, les pays de l’Union européenne sont endettés mais pas au point d’appeler cela une crise. Pour les 40 premières entreprises françaises, dénommées les entreprises du CAC 40, globalement, il n’y a pas de crise. Depuis plusieurs années elles ne cessent d'engranger des bénéfices records. Quant aux États-Unis, si ce pays vit effectivement une période difficile n'est-il pas responsable de la situation dans laquelle il se trouve ?

N'est-ce pas la mauvaise gestion des banques américaines qui ont mis dans la tourmente des millions d'Américains ?

En réalité, la crise mondiale dont parle Nicolas Sarkozy ne touche que quelques États très endettés de la zone euro. Ce sont les peuples qui souffrent et non pas les multinationales et les élites de ces États. Actuellement, les pays les plus en détresse sont : La Grèce, l'Italie, l'Espagne, le Portugal.

Mais pourquoi Nicolas Sarkozy a-t-il dramatisé la situation ?
Il faut se pencher sur notre politique économique pour comprendre les raisons de cette mise en scène. D'abord, le point commun entre tous ces États, c'est le surendettement. En ce qui concerne notre pays, c'est le résultat d'une politique irresponsable. Durant ces 35 dernières années, nos élus ont été incapables de voter un budget de l’État en équilibre. C'est comme si une famille ne cessait de dépenser plus qu'elle ne gagne. Un bon père de famille aurait réduit ses dépenses pour rééquilibrer son budget. En France, cela n'a jamais été le cas. Nos élus, de droite ou de gauche, ont préféré emprunter chaque année pour combler le déficit. En 2010 il était de 138 milliards d'euros, en 2011 de 90 milliards et en 2012 la prévision se situe entre 80 et 100 milliards. Et c'est cette accumulation de déficits qui fait qu'aujourd'hui la France est surendettée. Vous l'avez compris, chaque déficit est comblé par des emprunts, au point qu'en 2011, le total de la dette s'élève à 1700 milliards d'euros. N'omettons pas les intérêts qui s'élèvent pour 2011 à 50 milliards et qui sont payés cash à nos créanciers.

Voilà ce que n’a pas dit Nicolas Sarkozy. Durant les 5 années de son mandat, c'est 480 milliards d'euros qu'il aura fallu emprunter pour équilibrer les déficits budgétaires.

La seule raison à la crise, c’est la dette.

Et si cette crise était le signe du déclin de la civilisation occidentale ? Dans le passé, toutes les civilisations évoluées ont fini par imploser. Que reste-t-il de la civilisation égyptienne, inca, aztèque, romaine ou grecque ?
Plus récemment, l’Union soviétique a vécu l’implosion. Mais ce phénomène était toujours localisé. Aujourd'hui, ce sont plusieurs États qui sont touchés par une crise. Allons-nous assister à une implosion de grande envergure ?

En France, vous le constatez tous les jours, les radios, les télés ou les journaux nous relatent une situation économique qui ne cesse d'empirer. Le gouvernement et notre président ne cessent de se réunir pour trouver des solutions. Les réunions se succèdent également au niveau européen et au niveau mondial. C’est chaque fois la même chose, des mesures sont prises mais quelques semaines, voire quelques jours plus tard, une nouvelle réunion a lieu dans l’urgence. Pourquoi tant de réunions ? Pourquoi ne voit-on pas venir de véritables solutions ? L'Europe, ou plutôt la construction européenne est-elle en cause ? Quels sont les enjeux ?
Autant de questions dont les réponses nous laissent sur notre faim. Les explications se contredisent, économistes ou spécialistes ne semblent pas d’accord entre eux. On assiste à des batailles de chiffres que personne ne comprend. Pourtant on nous rassure, on nous promet des solutions...