Groupe CCEE L'autoédition au service de votre talent 0 Contact 04 42 36 94 06
serviceclient@autres-talents.fr
Lundi au vendredi : 9 H / 12 H - 14 H / 19 H
Vous êtes ici : > > > Prunella Nivier - Tome 2 - Kelcint
couverture du livre Prunella Nivier - Tome 2 - Kelcint écrit par Simon Brenda J.

Simon Brenda J.

Prunella Nivier - Tome 2 - Kelcint

7.20 € TTC

Frais de port inclus France
Métropolitaine uniquement

256 pages
Poche : 11 x 18 cm sur papier 80 g offset
Style litteraire : Science-fiction
Numéro ISBN : 978-2-35682-149-2

Présentation de Simon Brenda J.


Depuis son plus jeune âge, Brenda J. Simon est passionnée de lecture.

A 8 ans, elle se découvre une passion pour l'écriture après avoir longtemps rêvé d'être l'auteure de ses livres favoris.

Depuis, elle ne cesse d'écrire des nouvelles. Les 2 tomes de "Prunella Nivier" sont ses premiers romans édités.

Présentation de Prunella Nivier - Tome 2 - Kelcint


Prunella Nivier a retrouvé son père et son frère; mais sa mère lui manque toujours. La revoir semble impossible. Mais s'il existait une vie après la mort? Une vie dans un monde terrible; le Kelcint.

En décidant de tout tenter pour briser les barrières entre la Vie et la Mort, Prunella ne sait pas qu'elle va faire quelque chose qui changera à jamais sa vie.


Extrait du livre écrit par Simon Brenda J.


A la surface
Promesses…

Le début de notre histoire se déroule dans une petite ville du sud de la France. Prunella Nivier, une jeune Glewith aux cheveux noirs comme la nuit et aux yeux verts comme l'émeraude, était en train de se disputer avec son père, qu'elle avait retrouvé depuis peu.

Au cours de l'année précédente, Prunella avait vécu beaucoup d'aventures, elle avait perdu sa mère, puis son père l'avait abandonnée, ensuite elle était passée instantanément du stade de bébé à celui de jeune fille grâce à un puissant Gliwo qui visait à la protéger, puis elle s'était mise au service de son grand-père, le Maître, un Glewith Maléfique qui avait plusieurs fois attenté à sa vie et elle avait fini par le tuer.

Somme toute, cette année-là avait été riche en émotions, maintenant revenue chez elle, Prunella ne comptait pas vivre une petite vie tranquille, elle rêvait de toujours plus d'aventures.

Je n'irai pas au collège ! hurla Prunella. Tu m'avais promis que je pourrais faire mes choix seule !
Lorsqu'il l'avait retrouvée, deux mois auparavant, son père lui avait juré qu'il la laisserait faire toute seule les choix la concernant. Il n'avait jamais eu l'intention d'honorer cette promesse mais Prunella y avait cru et c'était le plus important.

C'est différent, hurla Martins le visage rouge de colère, tu iras au collège, c'est tout !
Non, répliqua Prunella sur le même ton.

Et pourquoi tu n'irais pas ? demanda Martins en se calmant.

Parce que je suis une Glewith, dit-elle, et que…

Quoi ? Tu te moques de moi là ? Sous prétexte que tu es dotée de pouvoirs tu devrais négliger tes études ? Tu plaisantes là ?

Si tu m'avais laissée finir, tu aurais su que je voulais dire que j'avais le pouvoir de ramener maman à la vie. Pour cela, je dois feuilleter des milliers de grimoires et trouver la bonne formule, je n'ai donc pas le temps pour le collège.

Ce n'est pas une raison… Attends… Tu as dit quoi ? !

Je peux ramener maman à la vie.

C'est impossible…

Bien sûr que si ! Mais le seul problème, dit Prunella pensive, c'est que je dois ôter une vie tout en récitant une formule et en sacrifiant des poulets, je crois.

Prunella, je ne sais pas où tu es allée chercher des idées pareilles, c'est absurde ! Tu sais à quel point j'aimerais que ta mère soit là avec nous mais je ne peux pas décemment te laisser commettre des meurtres à la poursuite de chimères.

Mais…

Le sujet est clos pour le moment.

Prunella jeta un regard haineux à son père et monta dans la bibliothèque pour prendre la pile de livre qu'elle y avait laissée.

Elle alla dans sa chambre et claqua la porte, un vase tomba. Il se brisa et ce fut comme si toute la patience qui restait en Prunella se brisait en même temps que le vase. Une fois assise en tailleur sur la moquette de sa chambre, elle ouvrit le grimoire, lut la première formule puis incanta.

D'entre les morts et les trépassés, elle doit revenir, les liens d'ici sont les plus forts, psalmodiat-elle.

Comme à chaque qu'elle essayait une formule, Prunella était saisie par l'espoir. L'espoir de voir apparaître l'être tant aimé. Mais comme d'habitude, l'amertume submergeait Prunella, même pas l'ébauche d'une silhouette féminine n'apparaissait.

Et cette fois-ci, ce n'était pas différent.

De rage, Prunella jeta le grimoire par la fenêtre et puis pleura à chaudes larmes. Quelques instants plus tard, la jeune fille avait le visage rouge, les yeux brûlants et le nez gonflé. Elle leva la tête et fixa la photo de sa mère accrochée au mur pour tenter de se calmer mais elle avait juste l'impression d'avoir encore une fois lamentablement échoué : elle n'était pas à la hauteur. Elle avait vraiment besoin de changer d'air. Prunella se souvint d'une formule qu'elle avait lue il y a très longtemps. Elle ne savait pas où elle la mènerait mais elle s'en moquait complètement. Elle voulait juste s'enfuir. Prunella récitant la formule, le décor de sa chambre s'effaça pour laisser place à une végétation luxuriante, d'un vert épais.

Elle respira un bon coup, l'air était frais mais pas froid, le soleil réchauffait doucement sa peau, l'eau chantait en contrebas et la brise portait un léger parfum fleuri. La jeune fille se laissa guider par le bruit apaisant de l'eau et finalement elle vit un méandre de la rivière. Elle s'agrippa aux rochers et descendit jusqu'au bord de l'eau. Elle s'assit et regarda le feuillage qui s'étendait à perte de vue en écoutant le bruit des chutes d'eau proches. Elle ôta ses chaussures, releva le bas de son jean et plongea ses pieds dans le torrent frais. Ce lieu avait le don de la rasséréner. Une fois calmée et apaisée par cet endroit magique, Prunella prononça la formule inverse et elle se retrouva dans sa chambre.