Groupe CCEE L'autoédition au service de votre talent 0 Contact 04 42 36 94 06
serviceclient@autres-talents.fr
Lundi au vendredi : 9 H / 12 H - 14 H / 19 H
Vous êtes ici : > > > La Fabuleuse Histoire de la Coupe de France
couverture du livre La Fabuleuse Histoire de la Coupe de France écrit par Chéné yves

Chéné yves La Fabuleuse Histoire de la Coupe de France

32.00 € TTC

Frais de port inclus France
Métropolitaine uniquement

204 pages
A4 : 21 x 29.7 cm sur papier 90 g offset
Style litteraire : Autres
Numéro ISBN : 978-2-35682-646-6

Présentation de Chéné yves
éditeur de La Fabuleuse Histoire de la Coupe de France


Yves Chéné a plusieurs passions : son métier d'éducateur et de formateur, l'écriture et le foot. Auteur de nombreuses biographies pour des particuliers, il est aussi l'auteur de l'histoire du SCO en 3 exemplaires.

Il aime se pencher sur le passé, sans aucune nostalgie, car, comme on le sait, les paroles s'envolent et les écrits restent…

Présentation de La Fabuleuse Histoire de la Coupe de France


Livre de 204 pages (2 pour chaque édition) en grand format. Des centaines de photos, de très nombreuses anecdotes. Une bible du foot français !

La Coupe de France est une centenaire qui se porte bien, même si elle n’a été remise que 99 fois, le drame de Furiani l’ayant interrompue une saison. Imaginez plutôt : lors de son lancement, durant la saison 1917-1918, 48 clubs se lancèrent dans l’aventure ; de nos jours, plus de 7 000 équipes s’engagent dans la compétition ! Au départ, l’idée était venue d’instaurer en France une compétition comparable à la Cup de nos voisins britanniques. Paul Michaux, Charles Simon et Henri Delaunay s’étaient dépensés sans compter pour imposer cette idée. Ils n’avaient sans doute jamais imaginé que cela puisse prendre une telle ampleur. Pourtant, dès les premières années, le nombre de participants augmenta rapidement et la compétition ne tarda pas à devenir majeure.
Pourquoi cela a-t-il aussi bien fonctionné ?

En premier lieu, on peut penser que le système de l’élimination directe apporte un piment que l’on ne trouve pas dans le championnat. Si le match est raté, on ne peut pas se rattraper. En coupe, on joue pour gagner, non pas pour ne pas perdre comme cela se voit de plus en plus souvent, même à de petits niveaux. Ainsi, dès le début de cette compétition, au début du siècle passé, les clubs, les grands et les moins grands, se sont pris au jeu.

Ensuite, et c’est ce qui me semble primordial, c’est que cette compétition, même si elle est nationale, est ouverte à tous. Des clubs au plus bas de l’échelle départementale, à ceux au plus haut niveau du football hexagonal, la chance est accordée de participer. Le rêve est ouvert à tous. Bien sûr, pour certains il est, et restera, inaccessible ; pourtant, chaque année, de nombreux exploits sont réalisés. Des Petits Poucets bousculent la hiérarchie et, l’euphorie aidant, ils continuent parfois très loin. Calais, club de 4e Division est allé jusqu’en finale et n’a pas à rougir de sa défaite contre le FC Nantes. La Coupe est magique et fait vivre, à des anonymes, des aventures incroyables.

Dame Coupe est centenaire : cela ne mérite-t-il pas, enfin, d’être raconté dans le détail et de lui rendre hommage ? J’ai eu beau chercher et, nulle part, je n’ai pu trouver de livre racontant toutes ces belles histoires et toutes ces épopées. Depuis longtemps, je me sers du web pour faire des recherches. J’ai ainsi pu écrire trois tomes de l’histoire du SCO d’Angers et réaliser d’autres ouvrages sur différents sujets. En fouinant, je suis tombé sur un site fantastique (om4ever), celui de M. Fernand Bonaguidi, un Marseillais pur jus et fana de l’OM. Il a participé activement à la réalisation du livre de l’histoire de l’OM. Son club a remporté 10 coupes de France et il a amassé une quantité incroyable de photos et de documents qu’il m’a autorisé à utiliser. Je l’en remercie très vivement. Je suis heureux de pouvoir les partager avec vous tous les amoureux du foot.

Nous vous invitons donc à parcourir, avec nous, ces 100 éditions de la Coupe et de découvrir un football qui nous semble bien lointain. Des époques qu’il ne faut pas oublier car notre passion d’aujourd’hui est née sur celle que de quelques précurseurs qui méritent que l’on s’intéresse encore à eux. Venez, avec nous, revivre la fabuleuse histoire de Dame Coupe qui a encore, de nos jours, de très nombreux prétendants malgré son grand âge…


Extrait du livre écrit par Chéné yves


C'est Paul Michaux qui est à l'origine de la création de la Coupe de France. Président de la fédération des patronages (F.G.S.P.F.), il va voir l’orfèvre Chobillon et lui demande un objet d’art pour honorer la mémoire de son ami Charles Simon, créateur du Comité Français Inter-fédéral (ex-FFF), tombé au champ d'honneur en 1915. L'orfèvre réalise un trophée de 3,150 kilos d’argent, posé sur un socle marbré des Pyrénées de 15 kilos, d'une valeur de 2 000 francs de l’époque. La Coupe portera le nom de Charles Simon.

La Coupe de France est officiellement née le 15 janvier 1917, suite à la décision du Comité Français Inter-fédéral (ex-F.F.F.), sur proposition d'Henri Delaunay et sur adhésion de Messieurs Jules Rimet et Pillaudin, toujours sur le front à cette époque. Henri Delaunay qui a assisté à la finale de la Cup Anglaise et vivement impressionné par l'ambiance (70 000 spectateurs) rêve d'une compétition identique en France basée sur l'élimination directe. Il arrivera à ses fins.

Quarante-huit clubs disputent cette nouvelle épreuve nationale et, à la surprise générale, c'est l'Olympique de Pantin, renforcé par quatre joueurs belges, qui, sur le terrain de la Légion Saint-Michel, dans le XVème arrondissement de Paris, inscrit le premier son nom au palmarès. Arbitrée par Monsieur Bataille, la finale se joue alors que la Guerre 14-18 mine encore le pays. L'Armistice ne sera signé que sept mois plus tard.

En finale, et devant 2 000 spectateurs enthousiastes, le club de la banlieue parisienne domine le Football Club de Lyon, grâce à un doublé de Fievet (premier buteur dans une finale de Coupe de France) et une réalisation de Darques. Au coup de sifflet final, les joueurs de Pantin laissent éclater leur joie et lèvent fièrement au ciel le trophée de 3,200 kg, réalisé par l'orfèvre Chobillon.