Vous êtes ici : > > > Dé-calques
couverture du livre Dé-calques écrit par Broise Christian

Broise Christian Dé-calques

56 pages
Carré : 21 x 21 cm
sur papier 135 g couché mat
Style litteraire : Littéraire
Numéro ISBN : 978-2-9565847-0-4
Visitez le site de l'auteur

19.50 € TTC

Frais de port inclus France
Métropolitaine uniquement

Commander ce livre
maintenant

Présentation de Broise Christian
éditeur de Dé-calques


Autodidacte, Christian Broise travaille la sculpture et le dessin. Depuis 2007, il travaille également le matériau photographique et réalise des tirages pigmentaires en édition limitée qu'il expose. Son travail est visible sur son site (http://www.broise.net). L'écriture accompagne son travail de création.

Présentation de Dé-calques


Certes l'art ne sert à rien et paraît bien factice. Il devrait suffire de jouir indéfiniment du réel de notre vie, mais nous sommes apparemment ainsi faits (ou le monde est ainsi fait) que nous échouons dans cette entreprise. Alors, parfois une image, ou un texte, semble à ce point et à sa manière dire la vie et sa beauté faite de tensions, de transparences, d'émotions, de poésie, de musique qu'au-delà des clichés, fouillis des apparences, cristallisent les pigments, le sel du monde.

C'est la raison d'être de ce recueil de textes et d'images intitulé « Dé-calques » ?

Le titre évoque une permanence dans ma recherche : celle d'une transparence, d'une profondeur qui permette à la photographie, comme au texte d'échapper à la seule narration et d'évoquer par sa seule matière.
Les images sont travaillées à partir de matériaux photographiques. Le résultat est ensuite imprimé, encadré et exposé sous le nom de « tirages pigmentaires » ou « d'estampes ».

Ce recueil de poèmes, conçu et réalisé entre février et septembre 2017, est né du besoin de chercher à doubler quelques tirages pigmentaires par un texte afin de voir ce que l'écriture poétique était capable de dire de l'image ou de dire comme l'image. Les textes ont été conçus parfois à partir de l'image, parfois librement jusqu'à trouver à un certain niveau d'achèvement un lien avec une image existante.
Cela s'est transformé au fil de la rédaction en une tentative de faire de l'écriture une transparence supplémentaire dans les calques de mes montages photographiques, la polysémie de l'écriture poétique se prêtant bien à cet exercice.

C'est la raison pour laquelle chaque texte est présenté ici en regard de l'image qui en est comme le pendant le pendant. Les mots ne racontent pas l'image, l'image n'illustre pas les mots. Irréductibles à l'autre, façonnés de leurs différences, ils cherchent néanmoins le dialogue.


Extrait du livre écrit par Broise Christian


Table des matières :

Sur la plage ardente
J’irai de guerre las
L’image saigne
Printemps
Programme
Djinn
Il faudrait pouvoir
Face à face
Rêve
Eau-forte
Pyrame et Thisbé
Chaman
Sonate
和紙
Outremer
Formule
Coulées
Métamorphose
Caouynage

Extrait de "Prélude"

Mais Narcisse aime la photographie
contemple à travers l’eau de son miroir
l’ombre du monde, la boit, s’en délecte.

l’ombre, écho néfaste, fait oracle
singeant inlassable les mêmes mots
enjôle l’étain au plomb de la source.

Et Narcisse calque à la vitre un portrait plat.

Nous échouons au décor de toutes les plages.

Dans ce théâtre de carton, nulle antre sombre
où cacher son malheur
calquant le vide du miroir, nul papier d’eau
où saisir la lumière.

Le réel n’existe pas plus que le temps. L’instant, jamais, n’est décisif, le cliché jamais fidèle. La nostalgie… inutile manie.

Les images et les mots sont la vie, la substance d’un présent à venir.

Décidément, je n’apprécie pas la photographie…

Mais aux limites, des images, laves de volcans aléatoires, fusionnent en histoires de calques, s’étirent, s’opacifient, s’impriment, figées par des mémoires noires d’océan.

Mais aux falaises des souvenirs, la vague des mots défait les masques médusés, lève tous les sortilèges et voici que nos paroles dansent ivres à la musique rutilante de forêts vierges.

Oui, les inénarrables horizons portent la faille d’un monde à dé-calquer.
C.Broise (2017)

Extrait de "Printemps"

Aux grains bruns des sargasses
aux sables des varechs
les vagues ont gravé
le poisson mort
d’Hiroshige

Des grottes
aux falaises de ses flancs étranglées

Des lèvres entrouvertes
(...)


Extrait de "Eaux-forte"

L’éther inutile sur les eaux du miroir
noirci à l’andésite d’un horizon vague
âme sur la houle de lèvres entrouvertes
se brise aux bouées en mille feux de Saint-Elme

Fragments glacés d’azur qu’un orage façonne
embués des oiseaux et du vol des frégates
ils effacent le zénith
soulignent les embruns
estompent la poudre d’or d’une vague bue

Que la gomme de sable aux vents bleus d’outremer
au lavis des plages lève quelques squelettes
gravés à la pointe sèche de l’oursin noir
inscrive une flamme aux morsures du varech
(...)


Témoignage sur l'autoédition de Broise Christian


Je suis très satisfait.
J'ai beaucoup apprécié la possibilité de joindre simplement
et rapidement par téléphone des interlocuteurs qui ont su être accueillants, très disponibles et efficaces.
Le site "autres Talents" fourmille d'explications techniques qui aident beaucoup à concevoir seul, couverture et pages intérieures. C'est rare et précieux.
Rien à redire de l'imprimerie avec laquelle le groupe Ccee travaille. La réalisation correspondait bien au fichier fourni... y compris les images dont la qualité correspond bien au BAT que j'avais pu vérifier sur mon écran calibré.
Les délais de livraison ont été précisément respectés.