Groupe CCEE L'autoédition au service de votre talent 0 Contact 04 42 36 94 06
serviceclient@autres-talents.fr
Lundi au vendredi : 9 H / 12 H - 14 H / 19 H
Vous êtes ici : > > > Rayons de lumière
couverture du livre Rayons de lumière écrit par Bourgade Marie

Bourgade Marie Rayons de lumière

12.00 € TTC

Frais de port inclus France
Métropolitaine uniquement

168 pages
148 x 210 mm
Style litteraire : Littéraire
Numéro ISBN : 978-2-35682-602-2

Présentation de Bourgade Marie
éditeur de Rayons de lumière


Marie-Christine Bourgade passe sa retraite d'enseignante en Occitanie non loin de la mer Méditerranée.

Sa première tentative d'écriture d'une pièce de théâtre jouée une seule fois en 1969 n'a pas laissé de traces dans l'édition. Le manuscrit n'échappa pas, hélas, au grand ménage de printemps de sa mère...

Depuis 1991, elle a écrit des articles en français pour le journal d'une sympathique association, OK-OC, dédiée à la Cause Indienne et aux échanges américano-occitans.

Elle a commencé à rédiger des poèmes et des nouvelles en occitan (languedocien) depuis un accident de cheval en 1998 qui lui a laissé un temps de convalescence assez, enfin plutôt très long...

Certains textes ont été primés à Nîmes par l'Université Occitane d'Eté.

Mais cinq ans de théâtre amateur portèrent leurs fruits.

De septembre 2011 à juin 2013, elle a animé pour RCF, la plus grande des petites radios libres, une minute par jour de la "Récré de Maguelonne" en traduisant et expliquant avec humour une expression occitane traditionnelle.

De 2006 à 2013, elle a conçu une méthode virtuelle d'enseignement de l'occitan : Teleòc, maintenant propriété du Comité de Jumelage occitano-catalan de Barcelone, le CAOC.

Cet enseignement sur Internet de plus de deux mille pages Web comportait quatre niveaux d'étude d'au moins une centaine d'heures chacun : Débutants, Confirmés, Littéraires et Professionnels.

Présentation de Rayons de lumière


Sur Internet, Teleòc avait des "textes d'entrée" au début de chaque semaine et à la fin, des corrigés-types d'une rédaction, qui se trouvaient être parfois des poésies.

La plupart de ces textes appartenaient au domaine public, sauf pour le niveau Littéraires, bien sûr. Mais quand il était impossible d'en trouver, Marie-Christine écrivait des poèmes comme textes d'entrée.

Ce sont ces vingt-six poèmes qui sont présentés dans "Rayons de Lumière" avec leur traduction française en regard.

Leur ont été rajoutés une quarantaine de poèmes français, écrits généralement dans un cercle de poètes rassemblés autour de Christian Malaplatte, de la Société des Poètes Français de Paris.

Le 28/01/2016, elle en a lu quelques-uns pour l'émission de Marie-Agnès Salehzada, "Jardin d'Isis" sur "Radio FM-Plus".

Ces poèmes ne sont pas du tout des énigmes hermétiques risquant d'engendrer des noeuds à la cervelle. Ils sont inspirés par les thèmes de l'écriture, de la nature, de l'amour... Et s'adressent à tous, de 7 à 77 ans.


Extrait du livre écrit par Bourgade Marie


Rencontre sul Larzac

 

Aquel dimenge de mai, deviá reconéisser lo camin per l'escorreguda de Pentacòsta sul Larzac.

 

Lo temps qu'auriá degut èstre primaverenc èra a la pluèja, gris e doç. Bufava leugièrament lo marin, l'aura de mar. Lo cèl gris se miralhava sul sòl sens lutz. Las flors semblavan d'estelas de cinemà "incognito", sens chuc ni muc, tan las floretas mirgalhadas a ras de tèrra que las alapedas blancas de septanta centimètres.

L'èrba semblava ja passida.

Mas ça que la, tot compte fach e rebatut, la doçor de l'air augurava d'un anament urós vèrs l'estiu e sas promessas.

 

Aprèp aver reconegut lo carrairon ont se devián adralhar los caminaires, boleguèt la 4 L per se trobar al cap de la marcha, dins un masatge mai qu'a mitat arroïnat.

Explorèt tanben lo sendaròl qu'i arribava per veire s'èra practicable.

 

Lassa, se beguèt un còp a la cocorda dins la veitura.

De coa d'uòlh, vegèt cinc bèstias galaupar dejós lo vent : chinasses o polinets ?

S'aprochavan lèu lèu e venián drech sus la 4 L : cinc singlars de talha mejana ! Cinc fraires ? A dètz mètres de la veitura, a broa de la rota, lo menaire se quilhèt d'un còp, sospechós.

Rencontre sur le Larzac



Ce dimanche de mai, elle devait reconnaître le trajet pour la randonnée de Pentecôte sur le Larzac.

Le temps qui aurait du être printanier était à la pluie, gris et doux. Le marin, la brise marine, soufflait légèrement. Le ciel gris se reflétait sur le sol sans lumière. Les fleurs semblaient des étoiles de cinéma incognito, sans parfum ni saveur, autant les fleurettes multicolores que les asphodèles blanches de soixante-dix centimètres.

L'herbe semblait déjà fanée.

Mais pourtant, tous comptes faits, la douceur de l'air augurait d'un déroulement heureux vers l'été et ses promesses.

Après avoir reconnu le sentier où les randonneurs devaient se mettre en route, elle déplaça sa 4L pour se retrouver au bout de la randonnée, dans un hameau plus qu'à moitié en ruines.

Elle explora le sentier y arrivant pour voir s'il était praticable.

Fatiguée, elle but un coup à sa gourde dans la voiture.

Dans le coin de son champ de vision, elle vit cinq bêtes galoper sous le vent : des gros chiens ou des poulains ?

Ils s'approchaient très vite et venaient droit sur la 4L : cinq sangliers de taille moyenne ! Cinq frères ? A dix mètres de la voiture, à ras de la route, le meneur s’arrêta tout d’un coup, soupçonneux.

Entre la séduction et l'amour

 

La différence entre séduction et amour ?

 

D'abord les points de vue sont un peu différents :

Masculin, féminin ou en Chine yin, yang.

Un jeune homme est d'abord un soldat avançant

A moins qu'on ne l'arrête. Les garçons, en avant !

Et même les timides, et surtout les peureux

Se font enguirlander s'ils ne montent au feu.

Est-ce que le décor fait ici quelque chose ?

Non, non. Les séducteurs offrent aussi des roses.

Ecoutez Ventadour : j'ai tant d'amour au coeur,

De joie et de douceur que Gel me semble fleur.

C'est une question de temps qui rentre alors en jeu :

Aimer, serait savoir mijoter patiemment ?

Et séduire reviendrait à mettre la pression

Sur l'objet d'un désir, bouillant à gros bouillons ?

La séduction, est-ce un petit coup tiré

Vite fait, bien fait, pas vu, pas pris et pas parlé ?

L'amour, c'est un-petit-coup-de-revenez-y

Qui rappelle le goût des voyages en Asie.

N'y aurait-il pas la notion d'engagement

Dans l'amour ? Oh, mon Dieu ! Quelle terrible chose :

S'engager pour toujours, même avec un amant

Qui n'est pas plus parfait que je ne suis sa chose !...

Car un lien, qu'est-ce que c'est ? Un lien sur Internet

Qui peut soudain se rompre si le code s'emmêle ?

Les mariés mongols s'attachent une ficelle,

Aux petits doigts, le jour J, pour manger et danser.

L'Amour ? Avec un A ? C'est un supplément d'âme

Entre Ciel et Enfer mais alors, Diou me damne !

Je ne veux plus avoir froid dans ma solitude

Mais expérimenter lumière et plénitude...

Ecrit sur le papier, tout ça c'est bien joli...

De la littérature pour vous plaire, ma Dame.

A vivre pour de vrai, en couple, homme et femme,

Transcendant le réel, c'est de la Poésie.

On dit : la Forme est tout. La Forme, c'est le Fond

Qui remonte à la surface.