Groupe CCEE L'autoédition au service de votre talent 0 Contact 04 42 36 94 06
serviceclient@autres-talents.fr
Lundi au vendredi : 9 H / 12 H - 14 H / 19 H
Vous êtes ici : > > > La vie mouvementée de Margueritte
couverture du livre La vie mouvementée de Margueritte écrit par Fragassi Gérard

Fragassi Gérard La vie mouvementée de Margueritte

15.00 € TTC

Frais de port inclus France
Métropolitaine uniquement

252 pages
148 x 210 mm
Style litteraire : Roman
Numéro ISBN :

Présentation de Fragassi Gérard
éditeur de La vie mouvementée de Margueritte


Ancien chauffeur routier international, il s’investit dans plusieurs associations, créé en 1997 le Club Pyramide Chabas devenu Club de Jeu Chabas, en 2009 L’association des Anciens D’Onatra de Bourgogne.



2005 prend la Présidence du conseil syndical de sa copropriété.



J’ai toujours été curieux de tout, de l’actualité en particulier, de la vie en général.



Dans nos camions, on écoutait surtout la radio, française, italienne. Nous entendions des repartages sur les sujets les plus divers.



En 2013 suite à longue litanie de ma famille « avec la vie que tu as eue, tu peux écrire un livre », c’est ce que j’ai fait !



Mes romans sont le reflet de mes opinions, de mes lectures, de la vie, nous sommes constamment sous les feux de l’actualité, la matière est « copieuse », j’en profite.



Comme beaucoup, mon premier livre est autobiographique, suivi de livres policiers, 2017 a vu la venue du vrai roman.



Mes prochains romans se passeront en Bourgogne, sauf que dans chaque roman il y aura toujours un passage sur La Corse.

Présentation de La vie mouvementée de Margueritte


Fille de mineur de fond, sa mère est couturière, enfant elle est bonne écolière, la chance lui souris, son institutrice la prend sous son aile, elle poursuivra ses études, deviendra institutrice, elle a un bon classement mais préfère aller dans la Creuse.



Mal mariée, elle prend un amant, divorce rapidement, quitte l’éducation nationale pour devenir caissière dans un cabaret.



Pendant la guerre devient directrice de maison close, accusée de collaboration, tondue, finira par retrouver son honneur grâce à son second mari.



Elle devient épicière dans le sud-ouest, au décès de son second mari, ouvre un bar à Chalon sur Saône.



Epouse en troisièmes noces un entrepreneur en bâtiment, ce sera grâce à son courage que la faillite sera évitée.



Mère de deux enfants, ils reprendront l’entreprise.


Extrait du livre écrit par Fragassi Gérard


Elle est née le samedi 29 février 1912 à 11 heures 45 chez ses parents dans le hameau de Saint Waast là-haut, près de Valenciennes.



Son père, Jösef Jaroslaw Polvasky est mineur de fond, à la fosse Tinchon, leur habitation est bien sûr dans le coron qui touche le carreau de la mine, ils ont de droit une maison de petite taille réunie par lot de six à dix.



Faisons connaissance avec notre journaliste, il se nomme Fréderic Jacques Limonier, habite à Aubusson, travail au journal local l’Écho de la Creuse, son statut de reporter lui laisse beaucoup de temps libre, Jacques est grand, 1 m 80, bru, des yeux noisette qui virent au vert s’il est contrarié, une musculature de sportif, il a pratiqué en amateur divers sports, la lutte gréco-romaine, la marche à pied, un peu de tennis. Il est né à Aubusson le 18 septembre 1911.



Avant de prendre le train, elle réfléchit encore une fois sur sa visite à l’épouse De Frédéric, non, elle ne peut pas lui faire ce cadeau, arrivée devant sa porte, elle sonne, c’est bien son épouse qui ouvre.



—Madame bonjour, j’ai un courrier pour vous.

—De si bonne heure !

—Oui, ce courrier c’est moi qui vous le remets et c’est aussi moi qui l’ai écrit.

—Voulez-vous rentrer ?

—Non, merci madame, j’ai un train à prendre. Vous le lirez quand je serais partie, au revoir madame.



Madame Limonier est intriguée par ce courrier adressé personnellement, sans terminer son petit-déjeuner, elle ouvre cette lettre, la présentation est impeccable, le début est courtois, mais arrivent les faits indiscutables, les dates tout y est relaté, elle avait des doutes déjà mais là ce sont des confirmations, elle ne pleure pas, une sourde colère monte en elle.