Groupe CCEE L'autoédition au service de votre talent 0 Contact 04 42 36 94 06
serviceclient@autres-talents.fr
Lundi au vendredi : 9 H / 12 H - 14 H / 19 H
Vous êtes ici : > > > Mémoires d'un chien d'écurie
couverture du livre Mémoires d'un chien d'écurie écrit par Lesaunier Catherine

Lesaunier Catherine Mémoires d'un chien d'écurie

14.00 € TTC

Frais de port inclus France
Métropolitaine uniquement

44 pages
Poche : 11 x 18 cm sur papier 100 g offset
Style litteraire : Roman
Numéro ISBN : 978-2-35682-587-2

Présentation de Lesaunier Catherine
éditeur de Mémoires d'un chien d'écurie


Anecdotes et faits réels sur la vie d'un chien Schnauzer géant vivant au milieu de chevaux et de poneys.

Présentation de Mémoires d'un chien d'écurie


Elle arriva au début du printemps. Il faisait nuit, j'entendis une voiture s'arrêter. J'étais dans le chenil avec ma mère, mes frères et sœurs dans le noir. J'écoutais attentivement.

– Bonsoir, j'ai rendez-vous pour choisir un chiot.

– Entrez, vous êtes la première à choisir, ils sont tous disponibles.

La lumière de la cour s'est allumée, la porte du chenil s'est ouverte, je me suis précipité en oubliant qu'il y avait une marche. Patatras ! Cul par-dessus tête ! Catherine a éclaté de rire, c'était plutôt bon signe. Mes frères et sœurs en ont profité pour me doubler mais impressionnés par l'inconnue, ils sont retournés illico près de maman. Ça m'a donné le temps de me relever et de m'approcher, elle s'est baissée pour me caresser.

– J'aime bien les animaux sûrs d’eux.

Elle portait des chaussures à lacets et je tirais sur les nœuds. C'est important de savoir si elle a aussi de l'humour quand ça la concerne.

– Super, en plus il est joueur ! C'est un mâle ou une femelle ?

– Un mâle.

– J'aime autant, je le prends.

– Je vais lui faire une marque avec ma tondeuse pour le reconnaître. Ils seront sevrés dans un mois, emmenez-le dans la cuisine le temps de faire les papiers.

– Merci, je vais avoir du mal à attendre.

Bien au chaud dans ses bras, j'entrai dans une pièce que je ne connaissais pas.

– On lui a coupé la queue très jeune mais pour les oreilles, le vétérinaire va venir bientôt.

– Oh non, je ne veux pas qu'on le martyrise pour rien !

Encore un bon point !

– Un schnauzer géant avec les oreilles longues c’est assez rare. Comment voulez-vous l'appeler ? c'est l'année des C.

– J'hésite entre Cayman que je prononcerais keymann et Crassouille.

– Pas Crassouille vous ne pourrez pas le présenter en concours avec un nom pareil !

– Les concours ce n’est pas mon but, mais ce sera Cayman.

Personnellement, je pense que Crassouille aurait très bien pu me convenir, car toute ma vie j'ai aimé me vautrer dans des flaques d'eau boueuses très odorantes.

– Je vous remercie, je vous téléphonerai dans trois semaines pour convenir d'un rendez-vous.

– Parfait. Bon retour.


Extrait du livre écrit par Lesaunier Catherine


C'est vrai qu'un peu d'exercice me fit du bien. Tout allait parfaitement jusqu'au moment où elle m'expliqua que je dormais dans la salle à manger et non à l'étage comme elle. Une fois la porte fermée, je manifestai mon mécontentement mais rien à faire. Je finis par m'endormir. Le lendemain matin, après un gros bisou et un bon petit-déjeuner, elle m'emmena sur son lieu de travail : un centre équestre !

De grandes bêtes enfermées dans des cages, mais aussi de plus petites qu'on appelle des poneys. J'ai pris un air très sûr pour traverser les écuries. On m'a présenté le palefrenier qui soigne les chevaux puis je me suis retrouvé nez à nez avec Inouk, un Berger Allemand à poils longs qui avait été jeté d'une voiture juste en face du club hippique et que ma maîtresse avait adopté. Malheureusement, il n'avait pas toujours de bonnes manières avec les cavalières et on devait l'enfermer dans le chenil assez souvent.

Un peu plus tard, je fis la connaissance de Scarlett, une belle Dogue de Bordeaux appartenant aux parents de Catherine. Je m'élançai et tournai autour de la chienne qui s'aplatit devant moi en aboyant d'une grosse voix et en éclaboussant tout le monde autour avec sa bave. Je la trouvais fort sympathique. Je la reverrai souvent au centre équestre.

À partir de ce moment, mes journées sont très occupées. La plupart du temps, je suis ma maîtresse quand elle monte sur un cheval ou qu'elle donne des cours aux adultes et aux enfants. J'observe et j'apprends. Quand j'aurai compris, je l'aiderai. Dès qu'elle a un peu de temps, elle me promène en forêt, elle joue avec moi ou essaie de me dresser.

– Cayman assis, pas bouger ! Facile à dire : rester assis, alors que je meurs d'envie de lui lécher le visage !

– Cayman au pied ! Obéir alors qu'il y a un ruisseau tout proche avec un magnifique morceau de bois qui flotte ! Enfin… souvent je lui fais plaisir. Et le soir, on retourne dans sa petite maison.

Les jours passent, je sais rester assis en dehors de la carrière durant ses cours d'équitation. Mais, pendant une séance d'obstacles, comme je m'ennuie à les regarder tourner, je décide de la rejoindre. J'aurais dû rester à ma place car le dernier cheval atterrit sur ma patte. Ouah la la, quelle douleur ! Heureusement, elle me prend dans ses bras et vérifie.

– Le sable a amorti ; rien de cassé, pas de blessures. Bon, à partir d'aujourd'hui, tu resteras à côté de moi pendant les leçons.

En me promenant dans la cour du club hippique cet après-midi, j'ai entendu un léger bruit. En relevant la tête, j'ai aperçu un animal sur le mur de notre voisin. Bizarre, il me ressemble un peu, j'avoue qu'il m'intrigue et m'épate ; je serais bien incapable de garder mon équilibre sur un mur aussi étroit. Donc, je me pose sur mon derrière et je l'observe.

C'est bien, Cayman, tu as l'air admiratif devant ce chat. Surtout ne le chasse pas, il est très utile pour nous débarrasser des souris et des rats. Elle m'a raconté que le chien de son enfance qui était beaucoup plus petit que moi Niesen, s'était jeté sur un rat et lui avait cassé la colonne vertébrale avec les deux antérieurs. Chapeau ! À partir de ce moment, les chats devinrent une passion.

Comme chaque jour, nous nous promenons en forêt. Mais nous sommes en été, il fait chaud, et je me précipite dans une mare. Une odeur singulière se dégage de mon pelage.

– Quelle horreur, tu t'es couché dans une bauge à sanglier ! Heureusement que nous ne sommes pas loin des écuries !