Vous êtes ici : > > > Une fourmi parmi les éléphants. Tome 1
couverture du livre Une fourmi parmi les éléphants. Tome 1 écrit par Sonnet jules

Sonnet jules Une fourmi parmi les éléphants. Tome 1

70 pages
A5 : 14.8 x 21 cm
sur papier 80 g bouffant ivoire
Style litteraire : Roman
Numéro ISBN : 978-2-35682-736-4

10.50 € TTC

Frais de port inclus France
Métropolitaine uniquement

Commander ce livre
maintenant

Présentation de Sonnet jules
éditeur de Une fourmi parmi les éléphants. Tome 1


Jules Sonnet est un enfant multi dys à haut potentiel de 10 ans. Il écrit sur ses troubles qui lui envahissent la tête afin que les parents, enseignants et autres professionnels puissent mieux comprendre les troubles de la dyslexie, dysorthographie. Le haut potentiel lui permet de décrire aux plus juste ses sentiments.

Présentation de Une fourmi parmi les éléphants. Tome 1


À 10 ans il sort son premier roman !
« C'est une histoire sur la différence… Pour comprendre comment les mots peuvent blesser ou sauver, comment quelques astuces peuvent nous aider. RIEN n'est perdu c'est juste mal parti ! » Dans Une fourmi parmi les éléphants, Jules nous raconte les difficultés d'un enfant différent à l'école. Déjà en vente sur le Web, le roman sort en librairie.

Entretien
- Pourquoi avoir écrit un livre ?
- Pour raconter mon parcours difficile pendant mes années en primaire. Je suis dyslexique et dysorthographique, ces troubles m'ont posé beaucoup de problèmes. Au début, c'est plus maman qui a eu l'idée, je n'étais pas totalement d'accord, je me disais que ça allait faire deux pages. Je ne pensais pas qu'on pouvait raconter autant de choses. J'aimerais que ce livre aide les parents d'enfants « dys » à mieux comprendre la situation. Je voulais aussi faire passer le message aux enfants que ce n'est pas un handicap, et qu'il faut s'assumer comme on est. Je voudrais aussi que les enseignants ne rejettent plus ces enfants, comme j'ai pu le vivre à l'école, avant de rencontrer une maîtresse qui m'a soutenu.

- Comment définis-tu ces troubles ?
- Je ne m'en rends pas compte au quotidien, mais ça me paralyse un peu par moments. Il ne faut pas que l'écriture soit trop petite avec des lettres penchées sinon c'est trop difficile pour moi de lire. J'écris phonétiquement, la maîtresse ne me comprend donc pas toujours, c'est dur pour elle de me corriger.

- C'est toi qui as choisi ce titre ?
- Oui car c'est un peu ce que je ressens, je suis le seul à avoir tous ces problèmes, donc c'est comme si j'étais un peu minuscule par rapport aux autres.

- Comment s'est organisé le temps de l'écriture ?
- Comme j'ai un problème pour écrire, je dictais à maman qui tapait mes paroles sur l'ordinateur. Au début c'était dur que ce que j'avais imaginé, mais après ça allait. Nous l'avons écrit en cinq mois.

- Que penses-tu que l'écriture de ce roman t'a apporté ?
- La joie de voir que je suis capable de faire des grandes choses !

- Et le fait que le livre soit publié ?
- Ça ne me fait grand-chose, je ne m'en rends pas compte, même si je suis heureux !

- Un autre livre bientôt peut-être ?
- Oui, j'ai pensé à écrire un manga sur la dyslexie.


Extrait du livre écrit par Sonnet jules


Je m’appelle Jules, j’ai dix ans et je suis en CM2.
Je suis dyslexique, dysorthographique.
Je suis différent.
Je peux me présenter ainsi car c’est ainsi qu'on me présente :
« Voilà Jules, il est dys « Comme si cela me qualifiait. C'est Jules, il est beau, fort, intelligent, que sais-je... Heu, non il est dys !!!


Tout est dit, tout est « dys ».
Je suis un enfant différent, on m’emmène chez beaucoup de spécialistes : orthophoniste, psychologue, psychomotricien ... On essaie de trouver la cause, est ce génétique? Papa ou maman ?

Le diagnostic est tombé lorsque j’ai eu 8 ans, en CM1. Après les tests chez l’orthophoniste et un test WISK le résultat est tombé :
« Votre enfant est dyslexique, dysorthographie, a dit l'orthophoniste, ce n'est pas une maladie, c'est un trouble, il faudra vivre avec !!! »

Quelque chose s'est déchiré en moi, car je savais que je n'y arriverai pas et je me suis mis à pleurer, j'ai craqué, je pleurais sur mon échec, sur moi-même sur tout ce changement.


C'est comme si dans mon cerveau il y avait un labyrinthe sans issue. Je vois les lettres, je suis capable de les lire mais je n'arrive pas à les assembler. Tout se mélange.
On peut y passer des heures, rien n'y fait.
C’est lassant et fatiguant.
Pour les chiffres et les maths, je n'ai pas de souci donc on laisse tomber cette partie du programme.