Groupe CCEE L'autoédition au service de votre talent 0 Contact 04 42 36 94 06
serviceclient@autres-talents.fr
Lundi au vendredi : 9 H / 12 H - 14 H / 19 H
Vous êtes ici : > > > Catalan, ma girouette n'est pas de bois !
couverture du livre Catalan, ma girouette n'est pas de bois ! écrit par Issarni Jean-Luc

Issarni Jean-Luc

Catalan, ma girouette n'est pas de bois !

15.69 € TTC

Frais de port inclus France
Métropolitaine uniquement

180 pages
A5 : 14.5 x 20.5 cm sur papier 90 g offset
Style litteraire : Humour
Numéro ISBN : 978-2-35682-064-8

Présentation de Catalan, ma girouette n'est pas de bois !


Forte du succès de ses premières galéjades, la Girouette en colle une seconde couche. Elle prend plaisir à débiter, une nouvelle fois, du vrai et du faux sur plusieurs de ses congénères mais principalement sur pas mal de bêtes, moins reluisantes, à ses yeux : les humains.

Tu verras, ces mectons-là n'en font qu'à leur guise… Lèvres gercées, abstenez-vous de sourire ! J-L Issarni


Extrait du livre écrit par Issarni Jean-Luc


Je dédie le chapelet d’historiettes qui vont suivre au premier athée venu : TOI car tu représentes à mes yeux le type même du libre penseur qui, politiquement parlant, voit rouge, rosé en buvant et blanc en votant.

— Toutefois, je reste persuadé que tu ne vas pas tarder à me passer un coup de fil.

— Pourquoi ?

— Afin de me demander le pourquoi du comment de la présence de cette vieillotte photo en blanc et noir qui précède cette page. Et gnan gnan gnan et gné gné gné… Te sachant curieux comme une pie, une belette (pour ne pas dire une pipelette), je me suis permis de t’ôter les chiures de mouche de la photo à l’aide de mon fabuleux logiciel de retouches. Ce sera plus zoli !

— M’en fiche.

— Non, mais sois poli, dis donc ! Tu souhaites que je te plante ici même alors que j’essaie de t’éviter de banquer pour quelques unités téléphoniques ?

— C’est bon, je m’incline !

— À la seule condition de ne divulguer à personne les noms de ceux que tu risques de reconnaître sur le cliché !

— D’accord, je crache et je jure.

— D’ailleurs, comme je n’ai aucune confiance en toi, je vais brouiller les cartes en mélangeant, intentionnellement, les prénoms réels et ceux de mon invention. Note toutefois que cette photo représente à mes yeux une équipe type de joyeux lurons. À l’image de celle des pros de l’équipe de France qui sautèrent de joie lors du tout premier but marqué sur penalty, lors de leur dixième match, à l’équipe réserve des amateurs de Bel canto patronnés par Radio Andorra.

Par contre, certaines des anecdotes les concernant n’offrent pas un angle de vue à leur avantage et ne dispensent guère de parfum de rose.

En conséquence, je place un double Kleenex (pas une sous-marque), devant les yeux et sur le nez de leurs descendants afin de leur éviter tout risque de contagion.

Car je t’embarque avec ces cinq gars pour des chinoiseries, des dizaines de bêtises et des centaines de conneries et c’est mille fois vrai ! Donc, si Pierrot gueule que c’est la faute à Jacques c’est que Jacques a dit : « Pierre, fais ! » et Pierrot a fait.

Les choses étant définitivement mises au point, je suis en mesure de poursuivre…

L’un d’entre eux pratiquait le noble métier de maçon. Non point celui de patron maçon qui ne fait que serrer des mains, calculer au plus juste sa T.V.A. et signer des chèques à tire-larigot, mais celui d’ouvrier qui ne répugne jamais à la tâche.

Justement, ce jour-là, Lolo travaillait à la réfection d’une façade envahie par les mauvaises herbes qui s’étaient nourries, des siècles durant, uniquement de ciment et d’eau fraîche.

Ça se passait au lieu-dit cimetière communal du village de…

Mais, plus Lolo grattait avec son burin entre les cailloux plus il soulevait l’indignation d’une pépinière d’autochtones : escargots, limaces et bestioles en tout genre, certaines peu ragoûtantes
d’autres beaucoup moins !

Il commença à choper l’un d’entre eux, l’introduisit dans sa bouche et d’un coup de dents, clac, d’un seul, l’écrasa puis l’avala… Au détriment de son palais qui, privé de son boulot de chef, n’avait pas eu le temps de goûter à la plaisanterie !

Suivirent une demi-poignée de chenilles d’un joli jaune vif puis des arachnides très poilus dont l’une était porteuse d’œufs, et un machin bizarre tout mou et plein de pattes qu’il n’avait jamais vu, piqué de taches rouges, noires et orange qui le faisaient saliver.

Manque de peau, un lézard à queue déjà coupée et une salamandre très futée lui échappèrent !

Note toutefois que, même si ce genre de nourriture est fortement recommandé pour son apport en protéines, il faut veiller à ce que le gars qui suit ce genre de régime boive suffisamment afin d’aider à acheminer l’ensemble vers le tout à l’égout.

Le problème c’était que Lolo n’aimait l’eau que dans son pastis, éventuellement il faisait copain-copain avec elle s’il venait à pleuvoir sinon, légitimement, il lui préférait le vin.

Sa passion pour le pinard était telle qu’il possédait sa propre gourde en peau de chèvre que les amateurs de vin français (principalement Basques et Catalans), dotent d’un petit trou afin de se désaltérer. Heureusement que Lolo avait agrandi à l’opinel le trou de la biquette de crainte que Blanchette ne manquât de débit.

« Et glou et glou et glou il est des nôtres ! Fais dodo Lolo mon p’tit frèr’ fais dodo » chanta le jeune manoeuvre Al Cacahuet (mince j’ai craché son surnom !) après que Lolo ait ingurgité une famille de mille-pattes poursuivis par des vers luisants en avance sur le chrono du soir et trinqué à leur santé.


Témoignage sur l'autoédition de Issarni Jean-Luc


Pour ce deuxième livre édité chez " Autres talents " j'ai replongé, avec une certaine joie, dans l'ambiance ultra sympathique de ce groupe auquel j'avais attribué, il y a quelques temps, la note de 10 sur 10 afin de récompenser le professionnalisme de son équipe.

Aucun carton jaune et encore moins de carton rouge à déplorer, une fois encore, car le match s'est déroulé sans incident et nous avons remporté la coupe de l'édition la plus réussie.

Aussi, en tant qu'amateur (et pour ne pas me répéter), je me vois contraint de multiplier ma note d'appréciation par 2.

Ce qui devrait la porter à 20/20, si je ne m'abuse, n'est-ce pas Monsieur l'arbitre ?

Et dans les vestiaires : " Vous vous rendez compte, toi l'avant-centre Karim et tes potes… Vous chopez une note supérieure à celle que l'on attribue à un match de très très haut niveau estimée à 14 ou 15/20 tout au plus ?"